Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’habitat locatif délaissé




La situation du logement locatif n’est pas rose. Loin s’en faut. Sur les pages des quotidiens nationaux, les offres de location sont certes légion, mais le locatif à usage d’habitation n’a jamais eu bonne presse.Il n’a pas, non plus, bénéficié d’un intérêt particulier de la part des pouvoirs publics.
Seule grande décision qui a concerné ce parent pauvre de notre politique d’habitat, la défunte réduction du tiers du prix des loyers avait eu pour résultat immédiat une flambée des prix et une raréfaction de l’offre.
La peur du locataire qui en a découlé s’est tellement bien installée dans les esprits que pour trouver un logement décent à un prix accessible, il faut tremper sa chemise et compter sur sa bonne étoile. Dans les grandes villes, la recherche d’un appartement abordable à louer tient plus du parcours du combattant que d’une sinécure. Les contraintes sont telles que la part des locataires dans la répartition totale d’occupation des logements ne cesse de baisser.
Les investisseurs ont toujours peur de s’engager plus avant dans un secteur connu pour ses nombreux problèmes et par le nombre important de ses contentieux. Ce qui explique la faible contribution des banques au financement du logement locatif. Lequel se porte donc de plus en plus mal.
A telle enseigne qu’il ne semble bénéficier d’aucune espèce d’urgence au sein du ministère chargé de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’Espace. A preuve, la dernière étude sérieuse qu’il lui a été consacrée et dont il a publié les résultats sur son site internet remonte au mois de mars 2006.
Beaucoup d’eau a certes coulé sous les ponts depuis lors, mais il n’y a pas d’autres données plus fiables que celles qu’elle contient pour se faire une idée sur l’état de ce secteur névralgique, mais délaissé.
En 2004, le parc locatif occupé au Maroc avait été évalué par les initiateurs de cette étude à près de 926.558 logements loués pour 3.177.695 logements occupés à titre de résidence principale, ce qui représente un taux de 29,2%. Ce dernier varie de 18% pour la région de l’Oriental à 34% pour la région du Grand Casablanca pour atteindre près de 43% au niveau de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra.
Ce parc locatif occupé a, selon la même source, connu une forte croissance en passant de 598.464 unités en 1982 à 733.971 unités en 1994 avant d’atteindre quelque 926.558 unités en 2004. Néanmoins, il a enregistré une baisse en proportion rapportée au stock total des logements occupés à titre de résidence principale dans la mesure où ce dernier taux est passé de 42,2% en 1982 à 32,3% en 1994 avant d’atteindre 29,2% en 2004, ce qui représente une baisse de 13 points en l’espace de 22 ans. Même si la pierre constitue toujours l’un des investissements les plus prisés au Maroc, c’est sur la construction à usage de copropriété que les investisseurs jettent leur dévolu.
Le locatif à usage d’habitation n’augmente donc son parc qu’incidemment, puisqu’il semble présenter plus de soucis et de tracas que d’être une source de revenus fiables et pérennes. Et ce sans que l’Etat ne lève le petit doigt pour en solutionner les problèmes. 


AHMED SAAIDI
Samedi 11 Juillet 2009

Lu 310 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs