Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’expulsion d’un Marocain d’Espagne pourrait être portée devant la Commission européenne

Les partis catalans s’en prennent au CNI




L’expulsion d’un Marocain d’Espagne pourrait être portée devant la Commission européenne
La décision du Centre national d’intelligence (CNI, le service secret espagnol) d’expulser le Marocain Noureddine Ziani pour son soutien aux indépendantistes catalans, continue de susciter la colère des partis catalans, notamment ceux qui appuient l’indépendance de la Catalogne, à savoir Convergence démocratique de Catalogne (CDC) et la Gauche républicaine de Catalogne  (Esquerra republicana) qui estiment que l’explusion de Ziani est une décision politique qui a rapport avec le processus d’autodétermination entamé en Catalogne. Les autres partis comme le Parti socialiste catalan et le Parti populaire gardent le silence. Selon le secrétaire de l’organisation au sein du CDC, Josep Rull, la décision du CNI a une finalité politique. « Vu les précédents, nous ne sommes pas surpris que cette affaire ait  une finalité politique. Et si c’est le cas, et nous sommes convaincus que c’est le cas, elle mérite notre rejet et celui de la société », précise Josep Rull dans une déclaration rapportée par le quotidien espagnol « El Pais ». Et la même source d’ajouter: «S’ils pensent que les menaces et la peur peuvent freiner le processus déjà entamé en Catalogne, ils se trompent sur toute la ligne ».
Le député de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), Alfred Bosch, enfonce davantage le clou en parlant d’«indices d’une sale guerre contre le souverainisme catalan », et en exhortant le gouvernement espagnol à ne pas utiliser le CNI «comme escadron contre les gens qui défendent la liberté de leur pays, car il finira par salir la démocratie espagnole».
Le quotidien « El Pais » a également précisé que le député européen, Ramon Tremosa, du parti catalan CiU (Convergence et Union) compte ester en justice contre la décision d’expulsion du ressortissant marocain devant la Commission européenne.
A noter que la décision a été notifiée à l’intéressé le vendredi 3 mai 2013 par la Brigade provinciale de l'immigration et de la documentation de la police nationale. Il a été détenu une journée dans un commissariat à Barcelone.
D’après le quotidien espagnol «El Pais», c’est le directeur du CNI qui a déposé plainte contre le Marocain en vue de son expulsion.
Et selon cette décision, Noureddine Ziani «menace la sécurité nationale», «compromet les relations de l’Espagne avec d’autres pays », et « collabore avec les services secrets étrangers depuis 2000». C’est pour cette raison qu’un article du journaliste Ignacio Cembrero dans le quotidien «El Pais» avait  dépeint Noureddine Ziani comme «un petit James Bond».

Mourad Tabet
Mardi 14 Mai 2013

Lu 370 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs