Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’explosion d’un camion piégé fait 81 morts au Pakistan


L’organisation interdite anti-chiite Lashkar-e-Jhangvi revendique l’attentat



L’explosion d’un camion  piégé fait  81 morts au Pakistan
Des chiites pakistanais ont menacé dimanche les autorités de tenir de grandes manifestations si elles n'arrêtaient pas rapidement les auteurs de l'attentat contre cette minorité musulmane ayant fait au moins 81 morts la veille.
Une bombe cachée dans un camion-citerne actionnée à distance a explosé samedi en fin de journée près d'un édifice de deux étages qui s'est aussitôt effondré dans un bazar à Hazara Town, une ville chiite située dans la banlieue de Quetta, la capitale du Baloutchistan (sud-ouest), selon les autorités locales.
Cette province pakistanaise frontalière de l'Iran et de l'Afghanistan est le théâtre de violences intercommunautaires, d'attentats contre les forces de l'ordre et d'une rébellion locale qui souhaite obtenir un meilleur partage des ressources naturelles et une plus grande autonomie.
L'attentat, qui a fait 81 morts et près de 180 blessés selon un dernier bilan de la police locale, est le deuxième plus meurtrier contre les chiites dans l'histoire du Pakistan, pays majoritairement sunnite en proie à une montée en puissance du fondamentalisme religieux et des violences sectaires.
Ces nouvelles violences interviennent un peu plus d'un mois après une série d'attentats anti-chiites ayant fait plus de 90 morts à Quetta revendiqués par le Lashkar-e-Jhangvi, un groupe fondé au milieu des années 90 qui multiplie les assauts contre la minorité chiite qui constitue environ 20% des 180 millions de Pakistanais.
Le Premier ministre pakistanais Raja Pervez Ashraf avait appelé les forces de l'ordre à arrêter et traduire en justice les auteurs de ces attaques, mais cette demande a été accueillie avec scepticisme par des chiites qui reprochent au gouvernement son incapacité, voire son manque de volonté, pour contrer le Lashkar-e-Jhangvi.
 Le chef des opérations de ce mouvement sunnite, Malik Ishaq, avait été relâché en juillet 2011 après 14 ans de prison.
Sayed Qamar Haider Zaidi, un porte-parole de la communauté chiite locale, a aussi accusé le gouvernement de ne pas protéger adéquatement les chiites et annoncé trois jours de deuil.

Libé
Lundi 18 Février 2013

Lu 123 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs