Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ex-sélectionneur d’Espagne Luis Aragones est décédé

Celui qui a donné une identité au jeu de la Roja s’est éteint à 75 ans suite à une maladie hématologique




L’ex-sélectionneur d’Espagne Luis  Aragones est décédé
D’une Espagne talentueuse, il a fait une équipe victorieuse: Luis Aragones est mort samedi à 75 ans, laissant l’image d’un sélectionneur de caractère qui a fixé l’identité du jeu espagnole (le “toque”) et ouvert un cycle de triomphes avec le sacre à l’Euro-2008. 
Cet ancien joueur et entraîneur de l’Atletico Madrid, qui a dirigé de nombreux clubs de Liga au cours de plus de trois décennies passées sur les bancs de touche, s’est éteint samedi matin après avoir été victime d’une maladie hématologique “, a annoncé la clinique madrilène Cemtro.
Sans aucun doute, il a ouvert le chemin de cette période si brillante”, a réagi Vicente Del Bosque, qui lui a succédé en 2008 à la tête de l’Espagne, reprenant les mêmes bases pour remporter le Mondial-2010 puis l’Euro-2012. Aragones a été l’un des grands artisans de cette montée en puissance de la “Roja” : il a su fixer le jeu de passes (“toque” ou “tiki-taka”), chasser les démons d’une sélection talentueuse mais souvent défaite, et décrocher en Suisse et en Autriche un deuxième triomphe européen après celui de 1964.
Il a aussi su écarter des grands noms trop encombrants, comme l’attaquant du Real Madrid Raul, alors capitaine de la sélection, au profit d’une équipe rajeunie avec notamment Fernando Torres, unique buteur en finale de l’Euro contre l’Allemagne (1-0) Car, comme il l’a prophétisé, les fondations de la “Roja” sont solides et elle “peut avoir d’autres triomphes”. “Le sage” consacré à 69 ans ressemblait moins à un vieillard bienveillant qu’à un grand-père bourru qui envoie promener tout le monde pour avoir la paix.
Aragones a néanmoins eu la sagesse de rester sourd aux critiques contre ses résultats en qualifications, d’attendre que passe l’orage déclenché par son mauvais mot sur Thierry Henry, traité de “nègre de m...”, et de souder son groupe pour l’emmener au sommet.
Il a entraîné une dizaine de clubs différents en 35 ans, dont l’Atletico Madrid à trois reprises, avec un titre national en 1977 et trois Coupes du Roi, ainsi que le Barça (1987-88), avec lequel il a aussi remporté la Coupe.

AFP
Lundi 3 Février 2014

Lu 114 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs