Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’évolution de la conjoncture contrarie les prévisions : Un bilan trimestriel peu encourageant




L’évolution de la conjoncture contrarie les prévisions : Un bilan trimestriel peu encourageant
L’économie nationale commence à montrer des signes de fatigue. La reprise tant attendue en 2010 se fait toujours attendre. A l’exception de la Bourse qui flambe, la morosité plane partout : le chômage grimpe, la consommation intérieure décélère, la balance commerciale se détériore… Est-ce vraiment grave ?
Même si globalement la situation ne prête pas au pessimisme, c’est le rythme de dégradation des fondamentaux qui laisse perplexe. Le HCP annonce une augmentation du chômage et une baisse de l’inflation. La DEPF constate, pour sa part, que les revenus fiscaux engrangés n’atteignent pas les niveaux souhaités et que, pour la première fois depuis deux ans, le solde budgétaire s’affiche déficitaire !
Finalement, pour ce premier trimestre, on s’aperçoit que les choses tournent mal. Tout à fait à l’opposé du diagnostic établi par le gouvernement qui laisse croire qu’il fait mieux pour que les choses aillent mieux. Sauf que, malheureusement, l’évolution de la conjoncture a contrarié les prévisions. Les rapports de conjoncture (ceux notamment du HCP et de la DEPF) font remarquer que les choses évoluent relativement mal que ne le pensaient nos dirigeants. Les entreprises vendent moins qu’elles ne prévoyaient ; les importations évoluent plus rapidement, alors que nos exportations (à l’exception des dérivés de phosphates) baissent encore plus qu’on ne le pensait. Qu’on le veuille ou non, ce sont là des signes qui révèlent la fragilité de l’économie nationale. Car la balance des paiements, qui mesure notre capacité à importer, continue à se dégonfler comme une peau de chagrin.
Que dit le rapport  de la DEPF ? En gros, «la consommation privée aurait pâti d’une hausse de 4,5% du nombre de chômeurs». Il constate « un  repli des activités agricoles et son  impact sur  la distribution des revenus et  sur  l’offre de produits primaires, dont  la  valeur ajoutée aurait  fléchi de 11,3%». Malgré l’amélioration relative du pouvoir d’achat des ménages -suite à la revalorisation des salaires, induite par la baisse de l’impôt sur le revenu- et le redressement des transferts des MRE,  la consommation intérieure aurait souffert des tensions inflationnistes. Selon le même rapport, au  premier  trimestre, «l’indice  des prix à la consommation alimentaire a crû de 1,8%, en glissement trimestriel, contre une baisse de 1,4%, au trimestre précédent. Dans le même sillage, le rythme de croissance de la demande  en  produits manufacturés  locaux  aurait légèrement décéléré,  par  rapport  à l’année  passée. Les ventes locales de voitures neuves ont diminué de 10% à fin avril. De la même manière, le rythme de croissance des crédits à la consommation a ralenti pour se situer à 15,8%, à fin mars 2010, contre 25,8%, une année auparavant. Malgré cette décélération des crédits, les importations de biens de consommation ont progressé de 6,2%, au premier  trimestre, contre une hausse de 3,3%, une année auparavant».
D’après les conjoncturistes  de la DEPV, «la  consommation  finale pourrait connaître, durant 2010, une croissance largement en dessous de celle observée durant les cinq dernières années». Le recul de 0,7% des dépenses de fonctionnement, durant les deux premiers mois de l’année en cours, est de nature à brider la croissance de  la consommation publique, estime-t-on à la DEPV. Pour l’ensemble de l’année 2010, la Loi de Finances prévoit une hausse de 1,7% des dépenses de  fonctionnement, contre 13,5% en 2009. 
Cela dit, l’évolution de l’économie nationale tarde à se manifester, du moins à retrouver sa dynamique, en raison peut-être du «démarrage encore frileux de l’investissement en bâtiment». Les statistiques font état d’un repli de 2,1% des ventes de ciment, en variation annuelle. Parallèlement, les crédits à l’immobilier ont limité leur croissance à 12,9%, au cours du premier trimestre 2010, au lieu de 25% à la même période de l’année dernière. De la même manière, «l’investissement industriel, bien qu’en hausse par rapport à l’année précédente, resterait en dessous de son niveau moyen des cinq  dernières  années, compte tenu des perspectives de croissance encore modeste  de l’activité du secteur», note la DEPF.
Il faut dire que, dans le contexte d’aujourd’hui, marqué par la détérioration de la situation économique au plan mondial, la situation n’est pas du tout rose. Bien au contraire. Elle vire au rouge et risque de s’aggraver encore plus, tant que la situation chez nos principaux partenaires européens ne s’améliore pas.

Le textile s’effiloche

L’industrie du  textile et du cuir peine à retrouver sa dynamique. Sa valeur ajoutée  a  stagné par rapport à l’année précédente. Le secteur n’a pas été épargné par la crise et a connu une perte de 6,4% des emplois et une détérioration de la trésorerie, qui risque de s'accentuer, suite à une demande étrangère encore faible. L’activité des industries du  textile et du cuir aurait stagné pour le deuxième trimestre consécutif, pâtissant du tassement des commandes étrangères adressées surtout aux produits de  la confection et de la bonneterie. A fin février 2010, les exportations de ces dernières ont reculé, respectivement, de 30,6% et de 23,6%, en variations annuelles.

Abdelouahed Kidiss
Samedi 22 Mai 2010

Lu 289 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs