Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’étudiante Assmaa Bouday remporte sa première bataille

Accusée de fraude par son professeur




L’étudiante Assmaa Bouday remporte sa première bataille
Rebondissement de l’affaire du  harcèlement sexuel déclenchée par l’étudiante Assmaa Bouday contre un professeur à la Faculté polydisciplinaire de Safi.
Celle-ci avait déposé plainte auprès du procureur du Roi au tribunal de première instance à Safi pour harcèlement sexuel. Cette affaire avait connu plusieurs remous à commencer par le PV de fraude rédigé par ledit professeur contre la plaignante. Le même professeur avait fait l’objet d’une vague de protestations initiées par cinquante camarades d’Assmaa qui ont reçu à leur tour des notes impliquant leur réinscription à l’un des modules. Des notes qu’ils avaient qualifiées d’injustes et traduisant une mesure punitive prise par le professeur dont ils avaient réclamé le départ.
Dernier rebondissement en date, la décision du Conseil de la faculté de Safi réuni pour statuer sur l’accusation  de fraude qui pèse sur la jeune étudiante
En présence de son avocat, cette dernière avait clamé son innocence et rejeté toutes les accusations qui, d’après elle, ont été montées de toutes pièces par ledit professeur.
Après une expertise des tracés, et l’audition de l’étudiant qui avait témoigné contre Assmaa, le Conseil de la faculté s’est finalement prononcé en faveur de l’innocence d’Asmaa Bouday, tout en infligeant une année de suspension à l’étudiant qui avait fourni un faux témoignage.
Ainsi, l’étudiante safiote qui s’est courageusement rebellée contre son professeur, qu’elle a accusé de l’avoir harcelée et menacée, a remporté sa première bataille.
Une victoire qui vient booster la crédibilité de sa version appuyée par les différentes composantes politique, syndicale et associative de Safi.
Une semaine auparavant, un sit-in initié par la coalition locale  pour la défense de l’inviolabilité des établissements universitaires avait soutenu la cause de l’étudiante et réclamé le départ de ce professeur tout en appelant à un procès équitable.
La section locale du Syndicat national de l’enseignement supérieur avait à son tour réagi à cette affaire regrettable, et condamné les dérives portant atteinte à la notoriété et à l’image de la faculté et des professeurs chercheurs.
Les professeurs du département des sciences juridiques et économiques avaient, quant à eux, pris position en organisant une assemblée extraordinaire afin d’élire un nouveau président de leur département à la place du professeur impliqué dans cette affaire.
Le Conseil national des droits de l’Homme s’est également saisi de l’affaire à l’instar de la présidence de l’Université Cadi Ayyad qui avait dépêché une commission à la FP de Safi.

Abdelali Khallad
Mercredi 14 Août 2013

Lu 461 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs