Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’essor du secteur manufacturier a permis de consolider la balance commerciale du Maroc

L’augmentation des exportations de l’automobile et de l’aéronautique a aidé à contenir le déficit commercial, selon l’OBG




L’essor du secteur manufacturier a permis  de consolider la balance commerciale du Maroc
La forte progression du secteur manufacturier en 2013, notamment dans l’automobile, l’aéronautique et l’électronique, a permis de consolider la balance commerciale du Maroc, indique l’Oxford Business Group.
Depuis quelques années, la multiplication des fabricants tant étrangers que marocains a généré de nouvelles sources de recettes à l’export, ce qui devrait aider à réduire le déficit budgétaire, précise l’OBG dans une analyse qui vient de paraître.
La valeur des exportations automobiles a augmenté de 23,2% sur l’ensemble de l’année pour atteindre 2,7 milliards d’euros en 2013. A cela s’est ajoutée une croissance de 20% des exportations dans l’aéronautique (717 millions d’euros) et de 11,6% dans l’électronique (697 millions d’euros), souligne l’étude de l’OBG.
La hausse soutenue des exportations industrielles s’explique en partie par la présence de grands acteurs étrangers tels que l’entreprise canadienne Bombardier ainsi que le fabricant automobile français Renault, affirment les experts de l’OBG, indiquant que le réseau étoffé de fournisseurs de composants et de câbles établi à Tanger et Casablanca a aussi grandement pesé dans la balance commerciale du Royaume. 
Ainsi en 2013, la production de câbles a représenté un peu plus de la moitié des recettes à l’exportation dans l’automobile à hauteur de 1,4 milliard d’euros, avec une croissance de 6,3% en glissement annuel.
La hausse des encaissements en devises issus du secteur manufacturier sera essentielle pour diversifier de façon pérenne les exportations, estime l’OBG, rappelant que les phosphates et les produits dérivés tels que les engrais représentent traditionnellement environ un quart des ventes du Maroc à l’extérieur.
Toutefois, les prix des produits phosphatiers ont reculé sur le marché mondial avec l’arrivée de nouveaux producteurs et la faible demande de clients clés en Europe et en Asie pour la période 2012-2013, entraînant un impact négatif sur les exportations marocaines de phosphates et de produits dérivés.
Selon l’avis des experts de l’OBG, la reprise des exportations du Maroc en matière de phosphates et de produits dérivés devrait être au rendez-vous à moyen terme, alors que le pays renforce ses capacités de production et de transformation à valeur ajoutée.
La hausse des activités manufacturières a également soutenu les exportations dans leur ensemble. Selon les statistiques de l’Office des changes, citées par l’OBG, les recettes globales issues des exportations de marchandises ont cédé moins d’un point de pourcentage en passant de 16,4 milliards d’euros en 2012 à 16,3 milliards d’euros en 2013. 
Si l’on ajoute à cela le recul de 1,7% des importations sur une année, le taux de couverture des importations a pu être rehaussé à 66,3%, son plus haut niveau en six ans, soulignent les experts de l’OBG. 
Les exportations automobiles ont enregistré une croissance exponentielle entre 2009 et 2013 en passant de 1,06 à 2,7 milliards de dollars, indique l’étude de l’OBG, affirmant que ce secteur constitue l’un des poids lourds de la productivité marocaine face aux phosphates, à l’agriculture et au textile. 
Cet essor s’explique par l’établissement de zones industrielles spécialisées et franches dans les alentours de Tanger, souligne l’OBG. 
Situées dans le nord-ouest du Maroc, ces zones sont installées sur les côtes atlantiques et de la Méditerranée et à 14 kilomètres du Détroit de Gibraltar.
L’aménagement de six zones industrielles et franches dans un rayon de 80 km autour du port de Tanger avec la grande plate-forme industrielle Tanger-Med a véritablement donné un coup d’accélérateur au développement du secteur manufacturier ces dernières années, soutient l’OBG.
La zone franche de Tanger (ZFT), qui s’étend sur 400 hectares, a pu attirer 2 milliards d’euros d’investissements et créer près de 45.000 emplois et 500 entreprises, indique l’analyse de l’OBG.
La ZFT, qui offre un ensemble d’incitations fiscales applicables à toutes les zones franches, s’est fortement spécialisée dans l’automobile, ajoute la même source, indiquant que l’arrivée de Renault en 2012 a renforcé la vocation industrielle de cette zone.
Le fabricant français représente à lui seul 1,1 milliard d’euros d’investissements dans l’usine de Melloussa, située à 30 kilomètres du port, érigée sur un terrain de 280 hectares. 
En une année, Renault a augmenté sa production de près de 50% pour atteindre 100.940 véhicules en 2013 pour le compte exclusif de sa filiale à bas coût, Dacia. Environ 90% de ces véhicules sont destinés à l’exportation, d’où une progression du trafic portuaire à Tanger-Med de près de 40% l’année dernière.
Selon l’avis des experts de l’OBG, cette tendance à la hausse devrait se renforcer à court terme, alors que Renault a lancé en octobre 2013 la deuxième phase de production pour un total de 340.000 véhicules produits par an, avec pour objectif 400.000 unités par an à long terme.

Mohammed Masmoudi
Vendredi 23 Mai 2014

Lu 701 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs