Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’erreur médicale, ce cauchemar des patients




S’il y a un cauchemar qui hante actuellement les patients et leurs familles, c’est bel et bien l’erreur médicale. Sa fréquence, sa fatalité et son caractère parfois mortel poussent les observateurs à sonner le tocsin alertant les autorités médicales, les différents Ordres et le ministère à prendre les mesures nécessaires. En attendant, Dikri Bouchra souffre le martyr depuis déjà trois ans avec ce genre d’erreur. Elle vient d’adresser une plainte à l’Ordre des médecins, la huitième du genre après sept autres adressées au ministère de la Santé, à l’Ordre régional des médecins de Fès, à l’Ordre national, au wali de la région de Fès-Boulmane….  Les faits remontent à 2008, lorsque la patiente a procédé à une analyse au scanner auprès d’un médecin spécialiste. Les résultats ont montré un processus tumoral, nécessitant une étude histologique. La patiente a ainsi subi une opération au niveau du palais. Mais un laboratoire d’anatomie et cytologie pathologique à Fès a pu révéler qu’il n’y avait aucun signe de malignité, c'est-à-dire pas de cellules cancéreuses.
Après une année et demie, la patiente souffrait toujours de douleurs au niveau du palais, ce qui signifiait la récidivité de la maladie. Pour s’en rassurer, elle a subi un scanner et un IRM, qui ont  confirmé la réapparition de la maladie. Tout s’est déroulé sur la base d’une opération effectuée conformément à un diagnostic erroné établi par le laboratoire médical de Fès.  On allait découvrir cette grave erreur grâce à un second rapport du même laboratoire qui remplace et annule le bilan initial, sans avertir la patiente et sa famille.
Ce second rapport stipule dans sa conclusion, cette fois-ci, un adénocarcinome adénoïde kystique, qui contredit carrément le premier résultat, parlant d’une absence de toute cellule cancéreuse. Un compte rendu d’anatomo-pathologique du Centre hospitalier Ibn Sina, a confirmé l’existence d’un carcinome adénoïde kystique. « Laisser une patiente pendant une année et demie abandonnée à son sort, suite à une erreur, pourtant corrigée à temps mais non délivrée, est inadmissible, parce que le laboratoire de Fès devait déontologiquement, professionnellement et humainement, alerter la famille et le médecin traitant», déplore le mari de la patiente, victime de cette erreur fatale.
Donc, la première erreur du laboratoire, c’est le fait de donner des résultats non fiables à la patiente, qui allait connaître un sort fatal, avec une opération inutile, et la seconde reste le fait de ne pas aviser la famille de la patiente et le médecin traitant, ce qui a coûté très cher en termes d’argent et de souffrances psychique et physique. La famille de la patiente attend avec impatience les décisions de l’Ordre régional et national des médecins, suite aux lois en vigueur dans ces instances. Mais après une réunion avec des responsables de l’Ordre régional, tenue en octobre dernier, en présence du mari de la patiente, aucune suite n’a été donnée à cette affaire, alors que la loi stipule qu’une décision, quelle  que soit sa nature, doit être prise dans les 45 jours. Une affaire à suivre… 

Rachida Alami
Samedi 12 Mars 2011

Lu 527 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs