Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ensemble Chekara flamencos clôt le Festival des deux Rives au Théâtre Mohammed VI : Jallal Chekara met le feu à Casablanca




Standing ovation pour le jeune chanteur Jallal Chekara et son orchestre Chekara flamencos qui clôturaient, vendredi 29 janvier, la troisième édition du Festival des deux Rives, au Théâtre Mohammed VI à Casablanca.
Une prestation vivement saluée par un public totalement conquis et séduit par des timbres et des sonorités témoignant de l’extraordinaire talent du groupe et de son leader.
Il n’aura fallu que quelques secondes à Jallal Chekara pour dompter la scène du Théâtre Mohammed VI et créer une véritable ambiance parmi les spectateurs. Un public venu très nombreux apprécier le chanteur marocain, qui évolue désormais à Grenade (Espagne).
Ce soir, Jallal Chekara a offert une formidable fusion entre musique andalouse et flamenco (deux styles de musique très présents lors de ce rendez-vous culturel) dans une ambiance de fête et de joie. Très émue, l’heureuse bande du Marocain, fils de l’oudiste Abdoulah Chekara et neveu du défunt Abdessadak Chekara (fondateur de l'Orchestre), s’est distinguée par une prestation réussie, à la hauteur de l’événement dont elle clôturait la fête. Mais aussi du public qui, enthousiaste, a entonné certaines chansons du groupe sous le regard émerveillé des musiciens. Un public emporté et chaleureux qui n’a pas été avare d’ovations.
«Je suis très heureux d’avoir été invité à ce grand rendez-vous de la culture. Et très honoré de le clôturer. Et j’espère que le public est satisfait de ma prestation», a confié à Libé Jallal Chekara.
A la question de savoir ce qui l’a motivé à opter pour le flamenco, le chanteur s’est justifié en ces termes : « Je viens du Nord du Maroc où le flamenco est très présent. Nos deux cultures (espagnole et marocaine) sont très proches dans cette partie du Royaume. Ce qui explique cette influence et donc le fait que j’ai choisi le flamenco. En plus, vous savez que mon oncle Abdessadak Chekara a été le premier à fusionner la musique andalouse et le flamenco. J’ai commencé à  jouer très jeune avec lui (13 ans) et me suis longuement inspiré de son travail. Aujourd’hui, nous continuons d’une certaine manière cette œuvre tout en collaborant avec d’autres artistes pour la rendre meilleure», a-t-il ajouté.
Pour se perfectionner, Jallal Chekara a beaucoup travaillé avec de grandes et jeunes figures du flamenco. Il a notamment collaboré avec Enrique Morente, Carmen Linares, Segundo Falcón et Arcángel, Segundo Falcón  et Angeles Gabaldón. Avant de s’investir aux côtés de jeunes musiciens du flamenco Raúl Cantizano, Alicia Acuña, Vicente Gelo et Angeles Gabaldón dans un défi visant la multiculturalité et l’enrichissement des deux Rives du Détroit.
Prix national de violon du Maroc, Jallal Chekara et son orchestre Chekara (composé de musiciens marocains et espagnols) se produisaient en clôture du troisième Festival des deux Rives, organisé du 21 au 29 janvier dans six villes du Maroc.

ALAIN BOUITHY
Lundi 1 Février 2010

Lu 200 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs