Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’enseignement préscolaire peine à prendre son élan

Un secteur en mal de reconnaissance




L’enseignement préscolaire peine à prendre son élan
L’enseignement préscolaire demeure sans conteste le parent pauvre du système éducatif et peine de ce fait à prendre son élan. Sa généralisation demeure un vœu pieux difficile à réaliser. Une situation que vient conforter une étude récente initiée par le ministère de l’Education nationale (MEN) et l’Unicef. Il s’avère ainsi que près de 40% des enfants âgés de 4 à 5 ans n'étaient pas inscrits en cycle préscolaire au titre de l'année scolaire 2012-2013. Nous sommes bien loin des objectifs de 2016 qui visent à scolariser 85% des enfants dans le préscolaire. Un autre constat de l’étude fait état d’un déficit flagrant dans les zones rurales, où le taux de préscolarisation des enfants ne dépasse pas les 39,4%, alors que celui des filles se situe à 25,5%
Pourquoi en est-il ainsi ? L’étude pointe du doigt l’absence flagrante d’une vision du préscolaire ainsi que l'inexistence de curricula éducatifs fondés sur des valeurs claires et des principes éducatifs adéquats et  l'irrégularité des sources de financement. Il en est de même du faible niveau de formation de base des éducateurs-éducatrices de jeunes enfants. Bien évidemment, « ne peut s'improviser éducateur qui veut », comme ne cessent de le rappeler les spécialistes. Eduquer en s'amusant, adopter une pédagogie basée sur une approche humanitaire, développer des compétences communicatives. De telles dispositions seraient, d’après eux, à même d'aider l'éducateur à jouer convenablement le rôle qui lui est imparti. Un savoir-faire qu'assureraient, comme le recommandent les associations actives dans le domaine, des centres publics et privés de formation des ressources humaines qualifiées. 
Par ailleurs,  l'étude préconise la généralisation de la formation initiale et continue sous la supervision du MEN, la fidélisation des ressources humaines opérant dans le préscolaire à travers l'amélioration des salaires et le développement de la recherche scientifique dans le domaine de la puériculture.
L’autre problème qui handicape le secteur n’est autre que l'absence de campagnes de sensibilisation en milieu rural au profit des parents et des tuteurs. D’autant plus que les éducateurs s’accordent à dire que « 60% de notre personnalité se développe entre 4 et 6 ans ». D'où la nécessité d'accorder à cet enseignement toute l'importance qu’il mérite.
Et l'étude d’indiquer qu'actuellement, l'enseignement préscolaire au Maroc relève dans une grande majorité du secteur privé aux dépens du secteur public dont l’implication demeure fort limitée, du reste. De même, en matière de couverture des régions et des provinces, de larges écarts sont à déplorer.
Pour booster le secteur et en guise d’encouragement, rien de tel que d’appliquer un abattement fiscal total ou partiel au profit des établissements privés opérant dans les zones difficiles. Une recommandation émise par l’ l’étude et qui se réalisera sur la base d'un "contrat-programme" visant à garantir la qualité des services pédagogiques. 

N.Mounir
Vendredi 6 Juin 2014

Lu 1012 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs