Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’enseignement paumé entre de vaines opérations de dépoussiérage

Que peuvent bien valoir les réformes en l’absence des partenaires sociaux?




L’enseignement paumé entre de vaines opérations de dépoussiérage
Où en est la réforme de l’enseignement? La crise du secteur étant reconnue en haut lieu, la réforme du système éducatif national s’imposait. Le gouvernement était de ce fait appelé à assumer ses responsabilités en vue de trouver des solutions adéquates à une crise profonde qui ne cessait d’empirer. 
Officiellement rien n’a été fait si l’on excepte l’arrimage de la formation professionnelle au département de l’Education nationale. Dans la réalité, on travaille avec les mêmes programmes, les mêmes dysfonctionnements, les mêmes improvisations, dans les mêmes conditions, et la même détérioration à tous les niveaux. Selon des sources fiables du département de l’Education nationale, on est toujours au stade du diagnostic comme si le malaise du système éducatif était récent et méconnu. Alors on reprend les mêmes méthodes, les mêmes acteurs et les mêmes procédures et on recommence. On est encore, dit-on, au stade d’évaluation et de consultations. Un audit financier et pédagogique du Plan d’urgence a été confié à des spécialistes du ministère  et à des cabinets spécialisés pour en faire une évaluation précise et transparente. Or, la même procédure a déjà  été adoptée par le même département l’année dernière au moment où Louafa présidait aux destinées du ministère. 
Il en sera de même, selon les mêmes sources, pour la Charte de l’éducation et de la formation. Charte qui a été évaluée à plusieurs reprises et dont les résultats sont dans les tiroirs du MEN. Ces actions seront réalisées en collaboration avec les directions académiques et les délégations. Et pour ficeler le scénario, on ira sur le terrain constater l’amère réalité qu’élèves, parents et enseignants subissent depuis belle lurette. Il est clair que cette opération se fait loin des partenaires sociaux que Monsieur le ministre n’a que faire de leur point de vue et leurs propositions au sujet de la réforme.Pire, «une demande d’audience de la part  des syndicats les plus représentatifs du secteur  a été reportée à deux reprises par le ministre de l’Education nationale», nous fait savoir Sadek Rghioui du Syndicat national de l’enseignement affilié à la FDT. Il a, par ailleurs, précisé que, contrairement au ministère, les représentants syndicaux ont été reçus par Mohamed Azziman, président du Conseil supérieur de l’enseignement, pour s’enquérir des différents points de vue. Sans plus. Le comble et le vrai gâchis, c’est que ledit conseil procède exactement à la même opération que le ministère. Une évaluation basée sur des audits, des consultations avec les directions centrales et académiques. Il sera également question de visites sur le terrain pour dégager un diagnostic et de là, dit-on, un programme de travail ou un projet de réforme. Deux opérations identiques avec les mêmes moyens logistiques, humains et financiers pour en tirer des conclusions déjà connues. Et si les deux équipes parvenaient à deux évaluations différentes? Quel sera, donc ce cas, le sort de la réforme?
Au-delà de ces volets techniques, la vraie réforme passe impérativement par un changement profond des mentalités en place. A bon entendeur ! 

Kamal Mountassir
Vendredi 10 Janvier 2014

Lu 824 fois


1.Posté par M''''hamed EL Yagoubi le 10/01/2014 22:40
"Selon des sources fiables du département de l’Education nationale, on est toujours au stade du diagnostic comme si le malaise du système éducatif était récent et méconnu. Alors on reprend les mêmes méthodes, les mêmes acteurs et les mêmes procédures et on recommence."

Il est plus utile et plus bénéfique de savoir et comprendre en quoi consiste l'éducation et en quoi consiste le système éducatif.
Dans le premier cas, c'est le processus qui est en jeu : Le sujet, l'individu, la personne dans ses multiples facettes. L'éducation façonne et transforme. C'est la conception retenue aux Pays-Bas et en Allemagne. Elle a un but bien inscrit dans la constitution : Lutte contre les inégalités et les injustices et donner des moyens à ceux qui ne l'en pas pour faire place dans la communauté.
Dans le deuxième cas, à savoir le système éducatif, les efforts sont conjugués et déployés dans la conception et la définition des objectifs à atteindre en fonction du but conçu et moyens et ressources alloués.
Cette distinction et articulation est le noyau dure de ce que veut dire évaluer en éducation. A suivre

M'hamed EL Yagoubi.
Postdoctorant en Psychologie et Sciences de l'Education
France

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs