Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ecstasy gagne du terrain sur le marché de la drogue au Liban




Depuis deux ans, Marwan, 15 ans, apporte de l'ecstasy en classe et se fait jusqu'à 3.000 dollars par mois grâce au trafic de ce stimulant devenu de plus en plus répandu au Liban, au point d'alarmer les autorités.
Marwan a entamé sa "carrière" comme consommateur pour devenir petit à petit médiateur puis dealer.
"C'était à l'occasion d'un spectacle musical à Beyrouth. On m'a offert de l'ecstasy, son +effet+ m'a plu", raconte cet adolescent brun au regard insolent. Bien qu'il engrange parfois jusqu'à 3.000 dollars par mois, soit 10 fois plus que le salaire minimum au Liban, il soutient que ce n'est pas l'argent qui l'attire véritablement.
"C'est l'+aura+ qui m'entoure quand je vends de l'ecstasy à mes camarades, ce sentiment qu'ils ont besoin de moi", lâche-t-il.
Il profite aussi de ce "métier" pour faire l'amour à des "clientes".
Les chiffres commencent à inquiéter car entre 2007 et 2009, le nombre de comprimés d'ecstasy saisis chaque année est passé de 314 à 17.312, selon les chiffres du bureau de lutte contre la drogue.
Parallèlement, les jeunes de 18 à 25 ans arrêtés pour la consommation de stupéfiants en général a doublé en l'espace de quatre ans (de 532 à 1.002).
Le phénomène a pris une telle ampleur que même le chef du Hezbollah chiite, Hassan Nasrallah avait évoqué le sujet il y a quelques mois. "Des comprimés sont vendus dans les universités et les écoles et des familles respectables sont en train de perdre leurs enfants", avait-il dit.
La possession de l'ecstasy, fabriquée à partir de la molécule MDMA qui stimule le système nerveux, est punie de trois mois à trois ans de prison, avec une amende allant jusqu'à 3.300 dollars.
Les trafiquants risquent la prison à vie, assortie d'une amende dépassant les 33.000 dollars.
"L'ecstasy est apportée de l'étranger, notamment d'Europe de l'Est", affirme à l'AFP le colonel Adel Machmouchi, chef du bureau de lutte contre la drogue.
"Récemment, nous avons avorté une tentative de fabrication locale et arrêté des producteurs potentiels", indique-t-il.
Walid, "petit" dealer de 26 ans, assure qu'il existe une fabrique à Borj Hammoud, dans la banlieue nord de Beyrouth, et deux dans la région de la Békaa (est).
"Le consommateur a besoin d'un seul comprimé fabriqué à l'étranger et de quatre ou cinq s'ils sont de fabrication locale pour atteindre l'euphorie", souligne Walid, dont la main tremble un peu. Le prix: entre 20.000 et 40.000 LL (environ 13 et 26 dollars respectivement).
Pour Nadia Mekdachi, directrice exécutive de Skoun, une ONG qui offre un soutien psychologique aux toxicomanes, "l'absence de contrôle de l'Etat" est l'une des principales raisons de la consommation galopante de l'ecstasy qui a commencé à se répandre au Liban au début des années 90.
Tout comme la consommation d'alcool, les stimulants arrivent en quatrième position derrière l'héroïne, le haschich et la cocaïne, selon l'association. Pendant la guerre civile de 1975-1990, le trafic de drogue était une industrie générant des milliards de dollars. Ensuite, les cultures illégales dans la plaine de la Békaa se sont un temps effondrées sous la pression des Etats-Unis, avant de profiter de l'instabilité politique entre 2005 et 2008.
Les saisies et les arrestations ont augmenté sensiblement, mais cela n'empêchera pas Marwan de poursuivre son "business".
Depuis le divorce de ses parents, il vit avec son père fortuné et dit ne craindre "aucune autorité".
"Si on m'attrape, papa me ferait sortir de prison", assure-t-il sans vergogne.

AFP
Samedi 3 Juillet 2010

Lu 369 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs