Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’écrivain français aurait eu 100 ans cette année : Hommage à Jean Genet à Casablanca




Jean Genet aurait eu 100 ans le 19 décembre. A l’occasion du centenaire de sa  naissance, l’Institut français de Casablanca entend rendre hommage au grand poète et écrivain français que fut et restera sans doute Jean Genet.
Il faut dire que «l’homme fascine encore, toujours, car Genet reste «une somptueuse énigme littéraire». D’où le parti pris de l’Institut français de Casablanca de donner à voir, à entendre et à lire tant la fulgurance poétique de l’auteur du Condamné à mort que de suivre l’homme dans ses combats auprès des exclus et des opprimés», souligne-t-on à l’IF de Casablanca. Où il a été concocté un programme ambitieux à la dimension de l’homme et de l’écrivain avec Redjep Mitrovitsa, figure imposante du théâtre contemporain, Albert Dichy spécialiste de Jean Genet et Hélène Martin, grande dame de la chanson française. Et des documentaires inédits.
Ainsi, du 10 au 18 décembre prochain, l’IF de Casablanca proposera une série d’activités visant à rendre hommage à cet écrivain d’exception, décédé le 15 avril 1986 et enterré à Larache. A cette occasion, Redjep Mitrovitsa lira «Le condamné à mort», «Marche funèbre» et «Chant d’amour», jeudi 9 décembre à 20h et vendredi 10 décembre à 15h (séance scolaire) au Complexe culturel Sidi Belyout. Cette séance de lecture de 45 minutes est mise en espace par Gauthier Morax.
Albert Dichy animera  une conférence autour du thème «Genet et le monde arabe», mardi 14 décembre à 19h à la Médiathèque de l’Institut.
Le Complexe culturel Sidi Belyout servira de cadre à la représentation, mercredi 15 décembre  à 20h, du spectacle intitulé «Saluer Genet». Avec Hélène Martin et Vincent Berrhault, Gilles Blanchard, Jean-François Gaël, Brigitte de Saint, Martin et la voix de Laurent Terzieff.
Le film «Jean Genet, le contre exemplaire» de Gilles Blanchard, produit par Nadège Hasson, sera projeté du 11 au 15 décembre 2010 à l’Institut français de Casablanca.
Tout comme, «Jean Genet, le vagabond» (1910-1943) et «Jean Genet, l’écrivain» (1944-1986), un film en deux parties de Michel Dumoulin et Albert Dichy  ainsi que «La Sept Ina 1992» seront projetés du 14 au 18 décembre à l’Institut.

ALAIN BOUITHY
Lundi 29 Novembre 2010

Lu 309 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs