Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’écrivain Kamel Daoud gagne un procès contre un imam demandant son exécution




La justice algérienne a condamné mardi à six mois de prison, dont trois ferme, un prédicateur salafiste ayant  demandé l’exécution de l’écrivain-journaliste Kamel Daoud pour “apostasie”, une décision judiciaire sans précédent. Kamel Daoud a estimé que le tribunal correctionnel d’Oran (ouest) avait rendu une “décision courageuse”, ont déclaré à l’AFP des proches du journaliste qui n’a pas voulu réagir publiquement.
L’imam Abdelfatah Hamadache Ziraoui a également été condamné à une amende de 50.000 dinars (450 euros). Kamel Daoud avait déposé plainte pour “menaces de mort” contre le prédicateur qui avait appelé en décembre 2014 sur sa page Facebook les autorités algériennes à le condamner à la peine capitale et à l’exécuter en  public.
Cet appel intervenait après une intervention de M. Daoud dans une émission de télévision française, où il avait critiqué le rapport des musulmans à leur religion. M. Ziraoui dirige le Front de l’éveil islamique salafiste (non reconnu officiellement) et est un habitué des plateaux des chaînes de télévision privées en Algérie.
Kamel Daoud, ont assuré ses proches, estime que la décision du tribunal “devrait réjouir tous les défenseurs de la liberté d’expression” parce qu’elle “permet de baliser ce qui est possible et ne l’est pas en matière de débat  idéologique”. Le lauréat en 2015 du prix littéraire français Goncourt du premier roman pour “Meursault, contre-enquête” pense aussi que la peine infligée au religieux “n’est pas possible dans d’autres pays musulmans comme le Yémen ou l’Egypte”, selon ses proches.
Cette condamnation est “sans précédent”, a réagi Me Khaled Bourayou, un avocat ayant défendu de nombreux journalistes depuis 20 ans. Le Syndicat national des journalistes (SNJ) s’est aussi réjoui d’une “excellente” décision même s’il la souhaitait “plus sévère”. Elle “aura une vertu pédagogique”, “de nature à mettre fin à l’impunité totale des prédicateurs qui appellent au meurtre”, a délaré à l’AFP son secrétaire général, Kamel Amarni. “Au moment des faits nous avions réclamé une sanction exemplaire contre ce terroriste - on ne peut pas l’appeler autrement- qui a appelé à l’assassinat d’un journaliste”, a-t-il rappelé.
Pour Me Bourayou, “cette condamnation protège le droit à l’opinion et à la conscience, d’autant plus que l’écrivain est également journaliste”. Ce “qui est surprenant”, selon lui, “c’est que les pouvoirs publics n’aient  pas réagi au moment des faits”, alors que “la vie de Kamel Daoud a été mise en danger à cause de cet appel au crime”.

Jeudi 10 Mars 2016

Lu 1614 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs