Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’économie au ralenti durant le Ramadan

Les interactions entre le mois du jeûne, l’été et l’activité économique, objet d’une étude du HCP




L’économie au ralenti durant le Ramadan
Evaluer les effets du calendrier sur les fluctuations économiques au Maroc, c’est l’objet d’une étude initiée par le Haut-Commissariat au plan. Ses résultats sont à même de donner aux opérateurs économiques un éclairage sur les répercussions du mois de Ramadan et ses interactions  avec la saison estivale.
Il ressort de ladite étude que les prix sont substantiellement impactés par la venue du mois sacré. Les changements en matière de consommation alimentaire en constituent l’une des principales causes. Néanmoins du fait de  sa répartition sur les mois de juillet et d’août de cette année, les prix subiraient deux effets différenciés, dus au mois de Ramadan et à la saisonnalité. C’est ainsi que l’effet du Ramadan représenterait près de 0,7% du prix des produits alimentaires, et celui de la saison, liée au mois de juillet, atteindrait près de -1,3%. Les poissons et les légumes frais sont les plus touchés. Les prix des poissons devraient, en effet, s’inscrire en hausse de 6% durant le mois de juillet. Cette augmentation serait amplifiée par un effet saisonnier positif (+2% en moyenne). L’impact du mois de Ramadan sur les prix des légumes frais atteindrait 2,2%, mais serait annulé par une dépréciation saisonnière importante  (-13,6%).
Quid de l’interaction entre le Ramadan et la saison touristique ?  Le tourisme représente l’un des secteurs les plus touchés par les états du calendrier lunaire, notamment le mois de Ramadan. Les impacts liés à ce mois seraient, en effet, en mesure de contrebalancer substantiellement les acquis positifs de la haute saison. Ce choc défavorable est évalué pour le mois de juillet à -44% pour les nuitées globales et à -59% pour celles des résidents. Il en ressort au final une perte de près de 10% au mois de juillet (22% pour les nuitées des résidents), soit   près de 160 mille nuitées (115 mille pour les nationaux).
Par contre, il n’y aura pas de retombées importantes sur la haute saison durant le mois d’août 2013. Une  baisse de 6,5% des nuitées (-16% pour celles des nationaux) sera enregistrée. Ainsi, la haute saison serait peu ou prou sauvée durant ce mois, où l’on réalise généralement un supplément de plus de 34% (le double pour les résidents) par rapport aux niveaux moyens.

Nezha Mounir
Mardi 16 Juillet 2013

Lu 692 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs