Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’auteur du carnage de Nice s’était récemment radicalisé


Mohamed Lahouaiej-Bouhlel aurait perpétré l’attentat en “soldat islamique”



Les enquêteurs tentent toujours dimanche de cerner la personnalité de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, qui a tué 84 personnes et fait plus de 300 blessés, le 14 juillet à Nice, dans le sud-est de la France, dans un attentat revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI).
Le gouvernement français, vivement critiqué par l'opposition et une partie de la population pour son impuissance à empêcher le drame, s'efforce de démontrer que toutes les mesures sont prises pour faire face à une menace d'attentat sans précédent.    
Encore sous le choc de cette tuerie de masse perpétrée à l'aide d'un camion - une première en France -, des rescapés ou des proches des victimes cherchaient samedi des informations ou du soutien psychologique dans plusieurs hôpitaux de Nice.
A l'issue d'un feu d'artifice tiré pour la fête nationale française, 84 personnes, dont 10 enfants et adolescents, ont été tuées jeudi sur la célèbre Promenade des Anglais de Nice par le camion conduit par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, 31 ans.
Vingt-six personnes restaient en réanimation et 16 corps n'étaient toujours pas identifiés, selon le ministère de la Santé.
L'assaillant, que la revendication a présenté comme "un soldat de l'Etat islamique", semblait jusque-là avoir davantage un profil de déséquilibré, inconnu des services de renseignement.
"Il semble qu'il se soit radicalisé très rapidement", a déclaré le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve après une réunion de crise du gouvernement, sur la base des premiers témoignages de proches.
Les auditions de quatre hommes de l'entourage du tueur et de son ex-épouse "sembleraient aller dans le sens d'un basculement récent vers l'islam radical", mais l'EI "n'est pas à ce stade mentionné", a précisé une source policière.
Décrit par ses connaissances comme un homme taciturne et violent, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était seulement connu de la justice pour des "faits de menaces, violences, vols et dégradations commis entre 2010 et 2016".
Selon son père, il avait fait une dépression au début des années 2000 et n'avait pas de pratique religieuse affichée.
L'attentat de Nice est la troisième tuerie de masse en France, après ceux de janvier 2015 contre le journal satirique Charlie Hebdo, des policiers et des juifs (17 morts) et du 13 novembre (130 morts à Paris et à Saint-Denis).
Il a replongé les Français dans l'effroi mais cette fois la cohésion nationale a volé en éclats : l'opposition a dénoncé l'inefficacité des autorités, alors que le pays est placé sous état d'urgence depuis novembre en raison du risque d'attentat.
Pendant la réunion de crise samedi, le président François Hollande a appelé à la "cohésion", selon le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.
Nombre de journaux français s'interrogeaient néanmoins samedi sur la façon dont un camion frigorifique de 19 tonnes avait pu pénétrer dans une enceinte réservée aux piétons et sécurisée par les forces de l'ordre.
Mais à Nice, la colère était visible dans les messages déposés par les passants : "Assez de discours!", "Marre des carnages dans nos rues!".
Le président français a annoncé la prolongation pour trois mois supplémentaires de l'état d'urgence, qui facilite notamment les perquisitions et l'assignation à résidence de suspects.
Deux nouvelles personnes, un homme et une femme, faisant partie de l’entourage ont été interpellées dimanche à Nice dans le cadre de l'enquête sur l'attaque meurtrière au camion perpétrée jeudi soir sur la Promenade des Anglais, portant à sept le nombre de personnes arrêtées, a-t-on appris de source judiciaire.
L'épouse de l'auteur de l'attaque - un Tunisien de 31 ans, inconnu des services de renseignement - et quatre autres personnes, avaient été placées en garde à vue vendredi et samedi.

Libé
Dimanche 17 Juillet 2016

Lu 214 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs