Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’assassinat de Chokri Belaïd toujours non élucidé


Le gouvernement tunisien en appelle à la population en lançant un avis de recherche avec noms et photos à l’appui



L’assassinat de Chokri  Belaïd toujours non élucidé
Le gouvernement tunisien a publié samedi les noms et les photographies de cinq hommes soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat en février de l’opposant laïque Chokri Belaïd, et a demandé à la population de contribuer à leur arrestation.
L’assassinat de Chokri Belaïd le 6 février a déclenché de vastes manifestations hostiles au parti islamiste Ennahda, parvenu au pouvoir après la chute de Ben Ali en 2011. L’opposition accuse les islamistes d’avoir laissé s’instaurer un climat de violences en Tunisie contre le camp laïque.
Les autorités tunisiennes ont annoncé l’arrestation de quatre salafistes accusés de complicités dans le meurtre de Chokri Belaïd mais l’auteur des coups de feu est toujours en fuite.
«Nous demandons à tous les citoyens de contribuer à la recherche du principal suspect et du reste de ceux impliqués dans l’assassinat du martyr Chokri Belaïd», indique le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.
Le site Internet du ministère publie les noms et les photos des suspects, dont l’un porte la barbe islamiste.
Le Premier ministre Ali Larayedh a déclaré récemment que la police était persuadée qu’un membre d’un groupe salafiste radical avait commis l’assassinat.
Les manifestations de protestation après la mort de Belaïd ont provoqué la chute du gouvernement d’Hamadi Djebali, dominé par le parti Ennahda, première force parlementaire du pays.
Comme son prédécesseur, Ali Larayedh est issu d’Ennahda. Son gouvernement est lui aussi soutenu par le Congrès pour la République du président Moncef Marzouki et par Ettakatol, deux formations de centre gauche.
Mais plusieurs ministères régaliens ont été confiés à des indépendants pour tenter de désamorcer la crise.
Le parlement a adopté à la mi-mars un calendrier qui fixe à la fin avril l’achèvement de la rédaction de la nouvelle Constitution et prévoit la tenue d’élections législatives et présidentielle au plus tard en décembre.

Libé
Lundi 15 Avril 2013

Lu 425 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs