Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’artiste peintre Soumia Drissi Alami expose à l’américaine




Soumia Drissi Alami, alias 
Suzane, peint depuis son tout jeune âge. Formée en décoration 
d’intérieur et en design, la jeune femme ne tarde pas à tout 
abandonner quand elle réalise qu’elle possède un vrai talent d’artiste peintre qu’il va falloir mettre en lumière. Aujourd’hui, elle fait partie de ces artistes 
marocains qui sont régulièrement sous les projecteurs dans des 
espaces connus de la scène 
artistique marocaine et d’ailleurs. Elle sera ainsi, à partir du 15 décembre courant, au «Fence» 
de Casablanca, pour exposer ses récentes œuvres. 


«Les femmes et la modernité» sont la source d’inspiration et le thème de prédilection de l’artiste peintre Soumia Idrissi Alami. Ses travaux seront exposés du 15 décembre courant au 15 janvier 2016, au «Fence» de Casablanca, un restaurant américain à tendance culturelle. L’occasion pour cette artiste de soumettre au regard et à la curiosité des Casablancais des œuvres d’une grande beauté qui inspirent respect et considération. «Les personnes qui regardent mes tableaux doivent avoir le sentiment de nager dans les couleurs. Mais il faut dire que j’adore peindre la silhouette de la femme et c’est avec beaucoup d’intérêt que j’aime montrer sa beauté», confie-t-elle à Libé, avant d’ajouter qu’elle sera «très contente de présenter ses œuvres» au «Fence». 
Soumaya Drissi est une artiste issue de l’union d’un père marocain et d’une mère espagnole, et qui, déjà à l’âge de 10 ans, s’essayait au dessin sous le regard admiratif de ses professeurs. Impressionnés par les dessins de la jeune écolière, ces derniers attirent vite l’attention de ses parents sur le talent de leur fille. « J’étais la première de l’école en dessin. Tout enfant encore, mes dessins impressionnaient mes maîtres qui ont vite fait d’en parler à mes parents. A l’époque, c’est plutôt le décor de la maison familiale qui m’inspirait le plus, surtout que ma mère adorait changer le décor. Ce qui, sans le savoir, éveillait mon inspiration», se souvient-elle.  Mais alors que tout le monde admire sa passion naissante, Soumia Idrissi Alami ne songe pas un instant à en faire sa profession. Le dessin, et un peu plus tard la peinture, est surtout un passe-temps. Une distraction qui n’en restera pas très longtemps quand la jeune étudiante réalise enfin qu’elle a un talent qu’il va falloir mettre en lumière. «J’ai souvent été invitée à plusieurs expositions d’amis qui ne cessaient de m’encourager de continuer sur cette voie. Puis, à force de les voir exposer leurs œuvres, j’ai fini par m’y mettre véritablement et de faire de la peinture quelque chose de bien plus qu’une simple passion», nous explique-t-elle.  Confiante et certaine de la qualité de ses travaux, l’artiste se consacre un peu plus à cet art et se perfectionne de mieux en mieux. Elle présente ainsi  ses œuvres au grand public dans le cadre des expositions organisées notamment à Marrakech, Fès et Casablanca.  Si Soumia n’a jamais changé son thème de prédilection, elle adore néanmoins travailler des tableaux aux couleurs chaudes qui donnent à ses œuvres une touche singulière et dit apprécier l’œuvre de la grande Chaaïbia et surtout son mélange des couleurs et sa simplicité dans les dessins.
«Soumia Drissi  fait défiler au gré de ses œuvres un corps de femme moderne plus ou moins standarisé, dont elle varie à souhait les poses ; les silhouettes s’inscrivent généralement dans un contexte paysager, où l’élément naturel adoucit la réception ; la composition porte parfois un double sens, celui du dessin ludiquement connoté, et celui exprimé dans le désir de l’artiste d’impliquer son iconographie dans des considérations symboliques», explique le critique d’art Abderrahman Benhamza. «Soumia Drissi habille ses personnages avec un soin de modéliste, en usant d’une palette légère, réduite à des couleurs chaudes et des complémentaires nuancées, dit-il. En même temps, elle essaie de rendre frappant le mouvement qu’elle leur confère, dans une série de poses manifestes, comprises comme autant de revendications de liberté, identitaires, contemporaines d’un air du temps distinguant le siècle», conclut-il. 
Soumia Drissi Alami est, en effet, une artiste de talent qui mérite certes un intérêt particulier pour ses œuvres en évolution. Sa recherche formelle promet de véritables exploits, qu’on ne peut que soutenir…
Mehdi Ouassat

Mehdi Ouassat
Lundi 14 Décembre 2015

Lu 406 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs