Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’article 489 du Code pénal remis en scène

Poursuivies pour homosexualité, les mises en cause comparaîtront aujourd’hui devant la justice à Marrakech




L’article 489 du Code pénal s’est mis, de nouveau, sur le devant de la scène. Et pour cause, deux jeunes filles à peine âgées de 16 et 17 ans, ont été arrêtées la semaine dernière à Marrakech et poursuivies pour homosexualité conformément aux dispositions de ce fameux article. Elles avaient été surprises par des membres de leurs familles en train de s’embrasser dans une maison du quartier Hay Mohammadi de la ville ocre.
L’article qui a fondé les poursuites diligentées contre elles dispose qu’«Est puni de l'emprisonnement de six mois à trois ans et d'une amende de 200 à 1.000 dirhams, à moins que le fait ne constitue une infraction plus grave, quiconque commet un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ».
A ce propos, Omar Arbib, membre du bureau exécutif de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) et membre de la section locale de la même organisation à Marrakech-Ménara, nous a affirmé qu’il était prévu que les deux filles comparaissent devant le tribunal ce vendredi, mais les responsables de l’Association ont été surpris par le fait qu’elles aient été traduites devant la justice hier matin. Celle-ci a décidé de les relâcher en attendant leur comparution aujourd’hui.
«C’est une victoire», a clamé Omar Arbib en nous annonçant la bonne nouvelle. Il a, néanmoins, critiqué l’article 489 qui pénalise les relations «contre nature» entre les personnes du même sexe, tout en rappelant que l’AMDH avait maintes fois appelé à son  abrogation et d’en faire de même concernant l’article 490 qui pénalise les relations sexuelles entre les personnes de sexe différent qui ne sont pas unies par les liens du mariage.
Notre interlocuteur a également mis en avant le fait qu’un communiqué commun, signé par plusieurs associations des droits de l’Homme et des associations féminines, a condamné l’arrestation de ces deux filles et l’application de l’article 489. Pour sa part, l’Association Union féministe libre (UFL) avait condamné vivement, dans un communiqué daté du 1er novembre courant, le traitement subi par les deux filles en question dans la prison.
D’aucuns se sont interrogés sur les raisons qui ont poussé la justice à placer les deux jeunes filles en détention provisoire, alors qu’il aurait suffi de les poursuivre en état de liberté provisoire. C’est cette arrestation qui explique peut-être le fait  que cette affaire trouve écho dans la presse internationale (El Pais, France Info…) en quête de la moindre affaire pour attenter à l’image du Maroc.
Il convient de rappeler que l’AMDH-Marrakech avait chargé un avocat pour défendre les deux jeunes filles.

T. Mourad
Vendredi 4 Novembre 2016

Lu 1143 fois


1.Posté par Dr Idrissi My Ahmed, le 03/11/2016 19:45
C'est malheureux ,
au moment de la COP22 ,
du changement de Gouvernement et du difficile choix des Partis en son sein
du retour de SM le Roi Sidi Mohammed de son périple africain, écourté pour suivre la COP
du retour du Maroc aux affaires de l'UA
de notre affaire prégnante du Sahara avec un nouveau SG
du renouvellement des présidences des States et de France
de s'occuper des petites affaires de sexe entre deux filles et de leur donner tant d'importance

C'est une erreur que de plonger la Justice qui a d’autres grandes choses à faire que de se perdre dans de pareilles conneries !

Hchouma gaê Had l'importance ! C'est plus dérisoire que l’affaire des 2 MUR

Relâchez les femelles paumées dare-dare et Saad Lamjarred aussi vite !

Merci de vous occuper des affaires plus importantes et moins superficielles et honteuses !
Le Moyen-Orient et ses guerres existentielles , injustes et infâmes , vous interpelle.
....

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs