Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“L'art finit par triompher”, selon Lotfi Bouchnak

Le chanteur de la révolution tunisienne se définit comme un "artiste engagé"




“L'art finit par triompher”, selon Lotfi Bouchnak
"La révolution tunisienne continue", assure le chanteur-compositeur qui entonna des chants révolutionnaires dès le début du soulèvement de janvier 2011, dont il a fait un album en mars de la même année.
"L'art finit toujours par triompher, et les gens ne peuvent pas se passer de l'art et de la beauté", affirme-t-il, se disant optimiste face aux menaces sur la création artistique, dans un entretien à l'AFP en marge du festival Mawazine.
Plus de deux ans après la chute du régime de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, il continue de défendre la révolution tunisienne, et ce malgré les menaces que font désormais peser les mouvements salafistes sur la création artistique.
En août 2012, deux salafistes avaient ainsi agressé le poète tunisien Mohamed Sghir Oulad Ahmed.
Une semaine auparavant, un groupe s'était attaqué aux organisateurs d'un festival à Bizerte, au nord de Tunis.
En réaction, le gouvernement tunisien avait avancé que ces agressions étaient "étrangères à la société tunisienne, connue par sa modération". "La révolution tunisienne est condamnée à réussir", clame pour sa part Lotfi Bouchnak. "Nous n'avons pas d'autre choix que celui de la faire réussir (...), insiste cet ambassadeur de la paix auprès de l'ONU depuis 2004.
Après la révolution, M. Bouchnak a été confronté en 2011 à une controverse qui l'a "beaucoup marqué", note-t-il.
Des détracteurs lui reprochent d'avoir surfé sur les événements tout en ayant, dans le passé, soutenu l'ancien régime.
Alors qu'il est programmé pour faire l'ouverture de l'édition 2011 du Festival international de Carthage, le Syndicat tunisien des musiciens l'en empêche, l'accusant d'avoir signé en août 2010 un appel à la réélection de Ben Ali.
Le chanteur, qui a rejeté les accusations, s'en défend toujours vigoureusement, soutenant que son nom a été ajouté à cette liste "sans son accord".
Deux ans après l'incident, Lotfi Bouchnak continue de se définir comme un "artiste engagé".

AFP
Lundi 10 Juin 2013

Lu 284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs