Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’armée syrienne poursuit ses bombardements sur Alep

L’opposition dénonce un massacre de civils




L’armée syrienne poursuit ses bombardements  sur Alep
Au moins 56 personnes ont été tuées dans un raid aérien sur un quartier d’Alep, dans le nord de la Syrie, selon un nouveau bilan fourni par une ONG syrienne.
 «Le bilan est monté à 56 personnes tuées à Hanano», un quartier de la ville tenu par les rebelles, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui avait précédemment donné un bilan de 44 morts dans cette attaque au baril d’explosif.
 Selon Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH, le régime «essaye de monter la population vivant dans des zones rebelles contre ces derniers, et pour ce faire, il tue, et force les gens à fuir».
 Le centre de presse d’Alep (opposition) a dénoncé «un massacre» sur l’autoroute et expliqué que les hôpitaux étaient confrontés à un afflux massif de blessés. Une vidéo diffusée par le centre montre des flaques de sang dans un car détruit, aux sièges arrachés et maculés de sang.
 La Commission générale de la révolution syrienne (CGRS) a dénoncé la campagne de bombardements menée depuis huit jours sur Alep, évoquant «un état de terreur et un exode de la population vers les terrains agricoles en dépit d’un froid glacial».
 Elle a également identifié deux des victimes de dimanche comme étant des ambulanciers, tués alors qu’ils tentaient de sauver des blessés.
Alep, divisée depuis l’été 2012 entre secteurs rebelles et zones tenues par le régime, essuie depuis huit jours de multiples attaques aériennes. Le régime a notamment lâché des barils de TNT, réduisant en miettes de nombreux quartiers, selon des témoins et des sources médicales. Human Rights Watch a évoqué samedi «un désastre», avançant un bilan de plus de 200 morts du 15 au 18 décembre.
La Commission générale de la révolution syrienne (CGRS) a évoqué «un état de terreur et un exode de la population vers les terrains agricoles en dépit d’un froid glacial».
Le Conseil provincial d’Alep (opposition) a de son côté annoncé que les écoles seraient fermées pour une semaine dans les zones rebelles «à cause des bombardements systématiques». Il a ajouté que deux écoles avaient été touchées par les raids de dimanche. Selon une vidéo diffusée par Shahba Press, un réseau de militants, une des écoles a été touchée pendant les heures de classe.
La Coalition nationale de l’opposition a condamné ces attaques, et appelé à une zone d’exclusion aérienne. Dans un communiqué, Munzer Aqbib, un conseiller du président de la Coalition, a affirmé que «tant que les avions de guerre (du président syrien) Assad ne seraient pas arrêtés, le désastre humanitaire, l’instabilité régionale et la montée de l’extrémisme continueront».
En outre, «au moins un demi-million de personnes ont été blessées dans le pays, tandis que des millions d’autres sont toujours déplacées et des dizaines de milliers privées de liberté», a indiqué Magne Barth, chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Syrie. 

Libé
Mardi 24 Décembre 2013

Lu 385 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs