Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’armée syrienne avance sur Deir Ezzor


L’un des derniers bastions de l’EI sur le point de tomber



L'armée syrienne a gagné du terrain dans le nord et le centre du pays et s'est rapprochée de l'importante province de Deir Ezzor (est), contrôlée en grande partie par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), a indiqué une ONG dimanche.
Ces progrès ont été "significatifs" au sud de la ville de Raqa (nord), a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en ajoutant que seulement 4 kilomètres séparaient les forces prorégime de la ville de Madan, la dernière contrôlée par l'EI dans les environs de Raqa. Madan se trouve à proximité de la frontière entre les provinces de Raqa et de Deir Ezzor.
Cette dernière province est quasi-entièrement aux mains de l'EI, à l'exception d'une fraction de la capitale provinciale éponyme où civils et troupes progouvernementales sont assiégés depuis 2015. L'offensive de l'armée syrienne au sud de Raqa en direction de Deir Ezzor est distincte de celle menée par des combattants kurdes et arabes soutenus par Washington pour chasser l'EI de cette ville qui était considérée comme le bastion syrien du groupe jihadiste mais dont il a perdu environ la moitié.
Le régime de Bachar al-Assad, avec l'appui de la Russie, s'est par ailleurs emparé dans la nuit de samedi à dimanche d'Al-Soukhna, dernière localité contrôlée par l'EI dans la province centrale de Homs. Ce gain territorial ouvre aux forces prorégime un deuxième axe de progression vers la province de Deir Ezzor.
La reprise de Soukhna n'a toutefois pas été confirmée par le gouvernement syrien. Elle s'inscrit dans le cadre d'une offensive lancée en mai par les troupes du régime pour reprendre la vaste région désertique qui s'étend entre Damas et Deir Ezzor. Selon l'OSDH, au moins 64 combattants jihadistes ont été tués samedi dans la région désertique lors de combats et de frappes aériennes, dont 30 à Al-Soukhna.
L'EI, chassé le mois dernier de son bastion de Mossoul en Irak voisin, fait face à de multiples assauts en Syrie. Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie et opposant initialement armée et rebelles, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des années avec l'implication d'acteurs régionaux, de puissances étrangères et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.
Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Libé
Lundi 7 Août 2017

Lu 555 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs