Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’argent du cannabis marocain blanchi en France

Démantèlement d’un important réseau international de trafic de drogue




L’argent du cannabis  marocain blanchi en France
Du cannabis marocain, de fins limiers français et un alchimiste indien, tels sont les composantes d’un  réseau de drogue hors pair. Un autre visage de la  mondialisation à outrance ! Après dix mois d’enquête, la Direction centrale de la police judiciaire a procédé au démantèlement d’un des plus importants réseaux recyclant l’argent sale du trafic de cannabis en France. En effet, dans le cadre d’une opération baptisée «Rétrovirus», dix trafiquants et complices ont été mis en examen.
Hors norme, c’est le terme qui revient le plus souvent dans cette affaire de par les  sommes mirobolantes qu’elle a engrangées et l’organisation pointilleuse qu’elle a nécessitée. Pour le procureur de la République François Molins, il s’agit d’un des réseaux les plus importants jamais démantelés en France, où le trafic de drogue représente, à lui seul, un chiffre d’affaires annuel de 3 milliards d’euros. Un flux permanent de liquidités que les trafiquants marocains s’empressent de blanchir au plus bas coût.     
«Rétrovirus» est un système très bien huilé où l’argent de la drogue se transformait comme par magie en or. Ainsi pas moins de 170 millions d’euros auraient été écoulés. Le banquier de l’organisation tirait les ficelles depuis le Maroc et chargeait des collecteurs en France de rassembler l’argent du trafic. Il s’agit parfois de délinquants de petite envergure. Les sommes ainsi récoltées sont remises, et ce depuis au moins quatre ans, à l’organisation  dirigée par un Indien de 32 ans. En garde à vue, il  a reconnu avoir blanchi au moins 36 millions d’euros en espèces depuis 2010 et fait transiter 200kg d’or entre la Belgique et l’Inde. L’argent liquide était acheminé vers la Belgique où il était pour partie changé en or avant d’être transporté vers Dubai par des mules. De Dubai, l’argent était viré ensuite au Maroc tandis que l’or, sous forme de poudre ou de lingots, était envoyé en Inde, premier importateur de ce métal. Le transport se faisait par des moyens aussi simples qu’ingénieux. L’or pouvait ainsi être transformé en poudre mélangé à du café moulu.
Comme l’a révélé le parquet de Paris, ce coup de filet est le second volet d’une opération coup de poing menée, elle aussi par la Direction centrale de la police judiciaire. Baptisée «Virus», elle avait conduit le 10 octobre dernier à l’interpellation de 17 suspects, parmi lesquels figuraient notamment des trafiquants de drogue, des «blanchisseurs» et des particuliers ayant encaissé de colossales sommes en liquide. D’ailleurs, c’est un des collecteurs interpellés dans cette affaire qui a orienté les enquêteurs vers l’Indien. Ils ont alors découvert une structure de blanchiment parallèle d’apparence plus rudimentaire, sacs de billets, importation frauduleuse de matières premières dont l’ampleur  avait jusqu’alors échappé aux radars. 

Nezha Mounir
Samedi 15 Mars 2014

Lu 2058 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs