Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’architecture de la capitale mexicaine s’invite au Maroc

L’exposition durera jusqu’au 16 juillet




La Villa des arts de Rabat accueille une
importante exposition, «Mexico architecture
contemporaine», construite autour de 56 pièces
décrivant des projets architecturaux considérés
comme les plus importants dans la ville de Mexico.


L’exposition, initiée par l’ambassade du Mexique et la Fondation ONA, se déroule jusqu’au 16 juillet courant. Elle vise à mieux faire connaître au public marocain le patrimoine architectural et les architectes d’une de plus grandes villes du monde, ont souligné les organisateurs.
En effet, la diversité et la richesse des réalisations exposées offrent un aperçu intéressant des nouvelles constructions et exigences écologiques, ainsi que des chantiers de restauration et de reconversion de bâtiments classés, ont fait observer les organisateurs.
De l'architecture industrielle efficace à l'architecture d’intérieur chaleureuse, l'exposition entraîne le spectateur dans le dynamisme de l’architecture de la capitale mexicaine. Une cité accueillante, intense et vivante, forte de 22 millions d’habitants, « engagée dans un processus de mutation urbaine et sociale sans précédent », ont-ils rappelé.
« L’architecture mexicaine est le résultat d’une histoire fabuleuse et de la fusion de différentes cultures qui se sont succédé au Mexique. Nous avons, par exemple, l’architecture hispanique qui a apporté plusieurs concepts architecturaux enracinés dans les pays arabes, particulièrement du Maroc», a confié à Libé José Luis Cortés, président du Collège d’architectes de la ville de Mexico. Ce dernier a indiqué que « le développement de la technique et de la science nous a permis de réaliser des œuvres très audacieuses, malgré les caractéristiques sismiques de  Mexico ».
Concernant l’exposition «Mexico architecture contemporaine », José Luis Cortés a déclaré qu’elle est le résultat d’un travail laborieux qui a nécessité un an de préparation et réalisé par un comité de sélection qui comptait dans ses rangs des professionnels qualifiés.
Sur les œuvres exposées, José Luis Cortés a ajouté : «On a dû être très sélectif. L’idée était aussi de réaliser une exposition facile à montrer dans la plupart des représentations dans le monde avec des matériels pouvant résister à la pluie et aux espaces ouverts».
«L’architecture est un autre domaine de la culture partagée entre le Mexique et le Maroc», a pour sa part souligné Andres Ordonez, ambassadeur du Mexique au Maroc.
Pour le diplomate mexicain, grand amoureux des arts et des lettres, « nous sommes au début d’une rencontre réciproque et la présence du président  du Collège d’architectes de la ville de Mexico témoigne de l’intention de promouvoir des échanges entre les architectes mexicains et marocains ».
Bien qu’« il existe déjà des amis communs entre les architectes des deux pays, il est important de se rapprocher davantage pour déclencher des projets communs, monter des business et échanger dans tous les domaines impliquant un art comme l’architecture qui est  d’une nature  transversale. C’est l’économie, l’art, le développement social… ».
Notons que «Mexico architecture contemporaine» est aussi l’occasion pour les amateurs du genre et curieux d’apprécier les influences arabo-musulmanes d’une architecture contemporaine d’une grande richesse.
« Aujourd’hui, le Mexique et le Maroc partagent les mêmes défis et les mêmes  aspirations. Pour les deux pays, l’architecture est un terrain de défis dans la mesure où notre richesse culturelle comprend également la conservation, la transformation et la mise à jour de notre tradition architecturale sophistiquée », indiquent les organisateurs. Et d’ajouter : La ville de Mexico et de Rabat (autant que Tanger ou Casablanca) incarnent cette vocation d'avenir profondément enracinée dans la tradition culturelle, argumente-t-on.
Héritière de plus de quatre millénaires, la tradition architecture mexicaine s’inspire encore aujourd’hui de l’imposant et monumental patrimoine préhispanique, à l’instar de Teotihuacan et de son immense Avenue des morts, Monte Alban surplombant la ville d’Oaxaca ou les complexes villes mayas d’Uxmal, Palenque et ChichenItza.
Notons que le vernissage de l’exposition a eu lieu le mardi 28 juin dernier dans l’enceinte de la Villa des arts. En présence notamment du directeur de la villa des arts, Hassan Ezzaim; du président de l'Université Mohammed V de Rabat, Dr. Saïd Amzazi; du président de l’Association pour l’action interculturelle universitaire citoyenne (APAIUC), Dr. Larbi El Harti ainsi que du directeur de l’Ecole nationale d’architecture, Dr. Hassan Radoine.

Alain Bouithy
Mardi 12 Juillet 2016

Lu 910 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs