Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’après Abbas El Fassi se prépare : L’Istiqlal envoie son premier message à Benkirane




Un pied dedans, un pied dehors.  L’Istiqlal serait-il en train de se préparer à cet entre-deux politique, accordant son soutien au gouvernement Benkirane tout en le critiquant ? Le décryptage de l’éditorial publié jeudi 26 janvier à la « une » d’Al Alam, le quotidien porte-parole du parti fondé par Allal El Fassi laisse en tout cas à le supposer. Sous le titre de « Nous soutenons, nous participons mais nous restons en éveil», l’éditorial –un genre journalistique porteur d’une prise de position éditoriale et dans le cas d’espèce éminemment politique – met en exergue la participation de l’Istiqlal à l’Exécutif conduit par le leader islamiste Abdelilah Benkirane, une expérience que la famille politique d’Abbas El Fassi soutient  pleinement, écrit l’éditorialiste.   Mais attention, les Istiqlaliens resteront vigilants et ne feront pas preuve de participation ni aveugle ni muette. Autant le parti entend participer à l’écriture de cette « nouvelle » page politique où il s’agit d’abord et avant tout de veiller à l’application de la Constitution, autant il déclare ne pas signer de chèque en blanc au gouvernement auquel il participe, mais ne conduit pas. « L’Istiqlal est aux côtés des forces qui vont poursuivre le changement global auquel a appelé le peuple (…) mais avec la même force de sa participation, l’Istiqlal restera vigilant, sera attentif aux détails, applaudira aux réalisations et au changement, attirera l’attention sur les faiblesses, les déficiences et les lacunes. Le parti le fera en toute transparence, clarté et honnêteté. C’est ce qui a toujours caractérisé ce parti qui a prouvé dans toutes ses implications passées la puissance du pacte qui le lie au peuple ».
« Cet éditorial est probablement annonciateur de ce que peut être la participation de la famille politique d’Abbas El Fassi. En tout cas, il n’est pas fortuit que ce texte soit publié le jour même du vote de confiance et de l’adoption du programme gouvernemental. L’Istiqlal a l’air de dire à Benkirane : nous soutenons les orientations de cet Exécutif qui poursuit les grandes orientations menées par l’ancien gouvernement qui était  conduit par notre secrétaire général mais notre soutien est conditionné. La concrétisation des dispositions de la Constitution est un argument mais il y en a d’autres », croit savoir  un député de l’Union socialiste des forces populaires.

L’enjeu d’un congrès sur fond de choix éditoriaux

Cet ancien ministre ittihadi du gouvernement d’alternance présidé par Abderrahmane El Youssoufi en garde toujours un souvenir aussi amer que vivace. En adoptant la position du soutien critique  vis-à vis du cabinet El Youssoufi  l’istiqlal n’a pas vraiment rendu la vie facile ni à El Youssoufi ni à ses ministres. « Même quand Abbas El Fassi a rejoint le gouvernement d’alternance à l’occasion d’un remaniement, les choses ne se sont pas vraiment arrangées et l’Istiqlal s’était installé dans cet exercice d’acrobatie avec un pied dedans, un pied dehors.
Ce qui consistait à assumer les succès et les réalisations de l’équipe et de s’en désolidariser en cas de défaillance. L’image de la solidarité et de la cohérence gouvernementales en avait vraiment pâti. Parfois, l’ambiance de nos conseils de gouvernements était lourde. Une tension sourde se ressentait », se souvient cet ancien responsable gouvernemental de gauche.
En gouvernant avec les islamistes du PJD, l’Istiqlal va-t-il adopter cette même posture qui a été la sienne du temps de l’alternance ? Difficile de répondre pour l’heure d’autant qu’avec ses 60 sièges à la Chambre des députés, cette formation politique s’est positionnée en deuxième force du paysage politique mais aussi de la majorité gouvernementale. Dans la répartition des portefeuilles ministériels et après avoir exigé et obtenu la présidence de la Chambre basse, l’Istiqlal dirige  six ministères dont les Finances (un maroquin arraché au PJD), l’Energie et Mines et l’Education nationale.
Cet argument  -l’Istiqlal, deuxième force du gouvernement et de l’échiquier politique- résistera-t-il à la vie interne d’un parti en proie à des agitations et qui se prépare, plutôt bruyamment, à l’après Abbas El Fassi ? Les Istiqlaliens réunissent leur conseil national extraordinaire le 4 février prochain pour élire les membres de la commission préparatoire de leur 16ème congrès. La succession d’Abbas. El Fassi est ouverte. Les ambitions se déclarent et les enjeux d’un leadership annoncé ne sont pas très loin. L’aile syndicale menée par le trublion du parti, Hamid Chabat, (qui n’a pas réussi à placer ses candidats au sein du gouvernement) risque de peser de tout son poids sur le congrès de l’Istiqlal. Influera-t-elle sur la position de ce parti vis-à-vis du cabinet Benkirane ?
En tout cas, Al Alam, le journal officiel des Istiqlaliens, semble déjà avoir ses choix éditoriaux. Les revendications du mouvement des diplômés chômeurs, ce gros dossier social auquel est confronté le chef de gouvernement, occupe désormais  une bonne place à sa « une ». Jeudi, Al Alam (et l’Istiqlal) interpellait M. Benkirane en le sommant d’ouvrir une enquête après le décès d’un jeune diplômé au chômage qui s’était immolé…

Narjis Rerhaye
Samedi 28 Janvier 2012

Lu 688 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs