Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’approche des législatives dope le moral des ménages

43,1% déclarent une dégradation du niveau de vie et 27,9% une amélioration




Les élections législatives à venir semblent visiblement jouer un rôle non négligeable dans l’amélioration du moral des ménages marocains qui espèrent voir émerger, à l’issue de ce scrutin, une équipe gouvernementale plus prompte à s’intéresser à leurs préoccupations.
En effet, après s’être fortement dégradé au premier trimestre 2016, le moral des ménages s’est relativement amélioré au deuxième trimestre, si l'on en croit les conclusions de l’enquête de conjoncture menée par le Haut-commissariat au plan (HCP) auprès des ménages au titre du deuxième.
« L'indice de confiance des ménages (ICM) est passé à 75,7 points, au lieu de 71,6 un trimestre auparavant. Il reste, cependant, en deçà de son niveau du deuxième trimestre de l’année dernière où il avait atteint 76,1 points », a indiqué le HCP dans sa dernière note d’information.
Comme l’a rappelé le HCP, les composantes de l'indice de confiance des ménages (ICM) portent sur la perception par les ménages de l’évolution du niveau de vie, du chômage, de l’opportunité à effectuer des achats de biens durables et de leur situation financière.
En ce qui concerne le niveau de vie, il ressort que la perception des ménages a été moins pessimiste qu’au premier trimestre de cette année.
L’analyse des données recueillies montrent, en effet, qu’au deuxième trimestre, « le solde d’opinion sur l’évolution du niveau de vie est resté toujours négatif, à moins 15,2 points, au lieu de moins 22,9 points le trimestre précédent et de moins 12,8 points une année auparavant», a noté le HCP.
Selon la même source,43,1% des ménages déclarent une dégradation du niveau de vie et 27,9% une amélioration.
Par ailleurs, l’enquête a relevé qu’au cours des 12 prochains mois, « 35% des ménages s’attendent à une baisse du niveau de vie, 37,6% à un maintien au même niveau, 27,4%  à une amélioration. Le solde d’opinion passe ainsi à moins 7,6 points, au lieu de moins 14,2 points le trimestre précédent et moins 7,3 points une année auparavant ».  
L'optimisme n'est pas non plus de mise s'agissant du chômage sur lequel le HCP a relevé une perception tout aussi négative.
En effet, il ressort qu’au deuxième trimestre, « 77% contre 8% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif, à moins 69 points, enregistrant une détérioration aussi bien par rapport au premier trimestre que par rapport au même trimestre une année auparavant où il était respectivement à moins 67,7 points et moins 67,1 points », a noté le Haut-commissariat.
Parmi les autres tendances générales qui se dégagent de cette enquête, le HCP note une conjoncture toujours perçue comme peu propice à l’achat de biens durables.  Ainsi, « au deuxième trimestre, 56,5% contre 21,7 % des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Malgré une relative amélioration, le solde d’opinion relatif à cette composante est resté négatif, passant à moins 34,8 points, après avoir été de moins 36 points le deuxième trimestre de 2015 », a-t-il constaté.
Soulignons qu’un sentiment d’une moindre détérioration de la situation financière des ménages s’est affirmé également au cours de période. L’analyse détaillée de cet indice indique qu’au deuxième trimestre, « 60,4% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 31,3 % déclarent s’endetter ou puiser dans leur épargne et 8,3 % affirment épargner une partie de leur revenu ».
D’après l’enquête, le solde d’opinion sur la situation financière actuelle des ménages serait resté ainsi négatif, à moins 23 points, « avec cependant une amélioration aussi bien par rapport au premier trimestre que par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière où il était respectivement de moins 27,2 points et de moins 28 points », apprend-on.
Comme dans le cas des autres composantes de l’ICM,  les ménages ont également évalué leur situation financière au cours des 12 derniers mois. De cette évaluation, il ressort, selon le HCP, que 35,7% des ménages considèrent qu’elle s’est dégradée alors que 12,9% d’entre eux considèrent qu’elle s’est plutôt améliorée.
Ce qui amène à dire que  « cette perception reste ainsi toujours négative, avec un solde d’opinion de moins 22,8 points, en deçà des moins 20,2 points enregistrés au deuxième trimestre de l’année précédente », fait remarquer l’étude.
Pour autant, a-t-elle observé, le regard sur l’avenir des mêmes ménages est resté optimiste.
En effet, l’étude tend à montrer qu’au  cours des 12 prochains mois, « 23,9% des ménages s’attendent à une amélioration de leur situation financière, 21,6% à une dégradation. Le solde d’opinion est resté ainsi positif à 2,3 points, contre 1,2 point le trimestre précédent, sans, cependant, rejoindre le niveau des 4,2 points enregistrés une année auparavant ».
En ce qui concerne la capacité future des ménages à épargner, l’étude a noté une perception moins pessimiste. « Au deuxième trimestre, 83,3% contre 16,7% des ménages ne s’attendent pas à épargner au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif, à moins 66,6 points, après avoir été de moins 69,7 points le trimestre passé et de moins 67,4 points une année auparavant ».
Enfin, il a été relevé, par ailleurs, une perception d’une hausse des prix des produits alimentaires. L’enquête indique qu’au deuxième trimestre, « 88,5% contre 0,6 % des ménages estiment que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois ».
Le Haut-commissariat en déduit que « le solde d’opinion est resté négatif », puisqu’il est à « moins 87,9 points, après avoir été de moins 85,5 points le trimestre précédent et de moins 85,3 points une année auparavant ».
Quoi qu’il en soit, 78,3% des ménages sont persuadés qu’au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter. 20,7% des ménages estiment plutôt qu’ils resteraient au même niveau, tandis que 1% prédisent qu’ils devraient plutôt baisser.
« Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 77,3 points, se situant toujours en deçà des moins 75,6 points enregistrés une année auparavant », a conclu l’enquête.
 

Alain Bouithy
Samedi 13 Août 2016

Lu 1736 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs