Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’anorexie mentale peut engager le pronostic vital des adolescentes




L’anorexie est une perte de l’appétit qui entraîne chez le patient une impossibilité de se nourrir. L’anorexie mentale est un trouble psychique dans lequel le patient refuse de se nourrir pendant une très longue période.
Cette affection qui se déclenche, habituellement à la suite d’un choc affectif, une frustration sentimentale, un échec à l’examen etc. ; demeure encore inconnue dans le milieu familial marocain. L’existence d’un contexte traumatique peut également contribuer à l’apparition de cette pathologie psychiatrique.
Cette méconnaissance de la maladie ne fait que retarder le diagnostic et la vie du patient en péril.
L’anorexie mentale selon la Classification Internationale des Maladies établie par l’OMS comporte cinq critères :
• Perte de poids ou chez les enfants incapacité à prendre du poids, conduisant à un poids inférieur à au moins 15 % du poids normal ou escompté, compte tenu de l’âge et de la taille.
• Perte de poids provoquée par le sujet qui évite les aliments qui font grossir.
• Perception de soi comme étant trop grosse avec peur intense de grossir, amenant le sujet à s’imposer un poids limite faible à ne pas dépasser.
• Présence d’un trouble endocrinien diffus de l’axe hypothalamo-hypophysogonadique avec aménorrhée chez la fille et perte d’intérêt sexuel et de puissance érectile chez le garçon.
• Ne répond pas aux critères A et B de la boulimie:
A – épisodes répétés d’hyperphagie (au moins 2 fois par semaine pendant au moins 3 mois) avec consommation rapide de quantité importante de nourriture en temps limité.
B - préoccupation persistante par le fait de manger avec désir intense ou besoin irrépressible de manger.
Classiquement, l’anorexie mentale est une maladie des pays occidentaux et riches (en tout cas à l’abri du besoin alimentaire), mais ceci semble être en évolution avec apparition de cas au Japon, Moyen Orient, Afrique (mais manque de données) peut être parallèlement à l’occidentalisation de ces pays. La notion classique d’une maladie des couches socio-économiques élevées n’est plus valable - toutes les couches sociales peuvent être touchées.
L’âge de survenue se situe entre 12 et 18 ans dans 95 % des cas, et majoritairement l’anorexie mentale survient chez des filles (- de 10 % sont des garçons).
La prévalence chez l’adolescent de race blanche dans les pays occidentaux entre 12 et 18 ans est de 0,5 %.
L’incidence en France est de 2 à 8 cas pour 100.000 habitants par an. On note depuis 2 décennies une tendance à l’augmentation de la fréquence de l’anorexie mentale.
La triade principale qui caractérise l’anorexie mentale : anorexie- amaigrissement- aménorrhée
Anorexie : Il s’agit plutôt d’une restriction alimentaire témoignant d’un comportement perturbé. Ce comportement est souvent rationnalisé par la patiente (nécessité de perdre du poids, problème digestif, pseudo-allergie alimentaire), et peut être accompagné d’épisodes de boulimie, de manoeuvres purgatives (vomissements provoqués, prise de laxatifs), de potomanie.
Amaigrissement : Plus ou moins rapide, il sera apprécié par plusieurs éléments :
1/ Etude de la courbe de poids et de croissance: recherche d’une cassure.
2/ Recherche de signes cliniques de dénutrition - altération de la peau et des phanères (peau sèche, squameuse, mélanodermie, ongles cassants, chute de cheveux), altération dentaire.
3/ rétention hydrosodée (OMI)
4/ hépatomégalie discrète
5/ glossite
6/ hypothermie
7/ Calcul de l’indice de la masse corporelle IMC= Poids en Kg /Taille au carré en mètre (75 Kg / 1,77 x 1,77 ou 75/1.77/1.77
Normalement, le IMC est compris entre 18 et 25.
Surpoids si IMC entre 25 et 30
Obésité si IMC > 30
Maigreur si IMC < 18
La dénutrition est importante en cas de IMC < 14 (il existe alors un risque vital).
Hospitalisation fréquente pour IMC de 13 à 14.
Risque de décès non négligeable si IMC < 11 (30 % des patientes).
L’anorexie et l’amaigrissement ont ceci de particulier qu’ils sont niés par la patiente car il y a distorsion de l’image du corps. C’est ce déni qui est fondamental pour le diagnostic et qui permettra de faire la différence avec un amaigrissement secondaire à une pathologie organique.
Aménorrhée : Peut être contemporaine, suivre, voire précéder l’amaigrissement.
Elle se définit comme :
• Absence de cycle pendant 3 mois si les cycles étaient réguliers auparavant
• Absence de cycle pendant 6 moïs si les cycles étaient irréguliers.
Elle est due non seulement à l’amaigrissement mais aussi à un dysfonctionnement hypothalamo - hypophysaire,
Les complications peuvent être lourdes en terme de morbi-mortalité.
Complications cardiaques
Possibilité de troubles du rythme cardiaque secondaire à des troubles ioniques et de cardiomyopathie non obstructive si dénutrition importante (sans régression avec la guérison).
Complications digestives
1- Les vomissements chroniques peuvent entraîner oesophagite, syndrome de Mallory-Weiss, syndrome de Boerhave : rupture oesophagienne secondaire aux vomissements.
2- Dilatation aiguë de l’estomac pouvant être secondaire à une crise de boulimie ou à une réalimentation forcée. Elle réalise un tableau d’occlusion digestive haute avec risque de rupture gastrique.
3- Syndrome de la pince mésentérique - le 3ème duodenum est coincé entre l’aorte et l’artère mésentérique, entraînant un tableau d’occlusion digestive haute.
4- Hépatite. Pancréatite
Complications neurologiques
Diminution de la concentration et de l’attention
Crise convulsive en cas d’hypoglycémie ou d’intoxication par l’eau ;
Neuropathies: carentielles si dénutrition importante, ou atteinte spécifique du SP Externe.
Complications osseuses
L’ostéopénie est fréquente et peut se compliquer de tassements vertébraux, (notamment après 5 ans d’évolution).
Complications biologiques
Hypo ou hyper natrémie, hypokaliémie, augmentation de la créatinine (insuffisance rénale fonctionnelle), hypoglycémie, hypophosphorémïe, hypomagnésémie, hypercholestérolémie, hyperamylasémie.
Anémie, leucopénie, thrombopénie.


*CAP en psychiatrie, enseignant à l’ISFI Béni Mellal

Par Bennaceur ZIGZI*
Mercredi 15 Juillet 2009

Lu 1232 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs