Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’amélioration des quelques indicateurs ne doit pas dissimuler la réalité : Le développement touristique requiert une nouvelle approche




L’amélioration des quelques indicateurs ne doit pas dissimuler la réalité :  Le développement  touristique  requiert une nouvelle approche
C’est probablement encore tôt pour l’annoncer avec certitude, mais le tourisme donne des signes encourageants de reprise. Même si les recettes en devises générées au cours des neuf premiers mois de 2009 ont régressé de 9% par rapport à la même période d’une année auparavant, les autres indicateurs sont au vert: hausse des arrivées aux postes frontières de 13%, augmentation du volume des nuitées de 7%, amélioration du taux d'occupation de près d’un point et augmentation des recettes voyages, selon les statistiques provisoires de l’Office des changes, de 3%.
Cependant, ces signes ne peuvent pas cacher la problématique du tourisme national. Beaucoup de travail a été réalisé en matière d’édification des hôtels et complexes, mais on néglige très souvent les concepts du tourisme responsable et solidaire ainsi que la protection de l’environnement. De plus, les arrivées touristiques proviennent toujours des mêmes marchés émetteurs traditionnels. Les touristes arabes qui voyagent souvent en famille ne trouvent pas une offre répondant à leur exigence d’autant plus qu’ils sont d’excellents consommateurs, ce qui n’est pas le cas des Français, des Espagnols ou Italiens.
Hormis le balnéaire qui dispose d’une offre diversifiée, les autres produits touristiques se développent en dents de scie. Or, d’après les dernières études de l’Organisation mondiale du tourisme, la tendance actuelle penche plutôt pour le culturel, le tourisme vert et le tourisme d’affaires. Il paraît, donc, indispensable de diversifier les produits, de faire profiter toutes les régions du même effort d’investissement, d’élaborer une stratégie agressive pour attirer de nouveaux marchés sans oublier évidemment le tourisme national.
Depuis le mois de janvier 2009, le volume des arrivées aux postes frontières a enregistré une hausse de 5% par rapport à la même période de l’année précédente.
La légère baisse des nuitées (-2,5%) est le résultat des performances contrastées, affichées par les différentes destinations touristiques. En effet, au moment où Fès, Essaouira et Oujda-Saïdia affichent une hausse de leurs nuitées (6%, 13% et 195% respectivement), les autres destinations ont enregistré des résultats négatifs: en l'occurrence, Marrakech (4%), Agadir (3%), Casablanca (2%) et Tanger (8%).
L’analyse par marché émetteur montre que la baisse des nuitées du tourisme récepteur est principalement attribuée aux marchés français (7%) et anglais (17%), qui représentent à eux seuls près de 61% des nuitées perdues. Les marchés espagnol, arabe et italien, quant à eux, ont réalisé des progressions de 11%, 2% et 1% respectivement. Par ailleurs, les résidents, qui représentent 23% des nuitées totales, ont enregistré une augmentation de 7% à fin septembre 2009 comparativement avec la même période de l’année précédente. 

Agadir maintient son attrait

Agadir a enregistré une augmentation de +4.33% des arrivées avec 51.222 en 2009 contre 49.098 en 2008 et une légère baisse des nuitées de -2.49% avec 320.977 en 2008 contre 312.986 en 2009. L’Arabie Saoudite occupe la première place avec une augmentation des arrivées et nuitées. La Scandinavie vient en troisième position. Le Portugal, la Hongrie, le Royaume Uni, la Belgique, la Pologne et la Russie sont aussi alignés comme marchés en progression. Avec -23.67% en arrivées et -4.42% en nuitées, l’Italie marque une forte baisse, suivie de la Hollande. L’Allemagne et la France, pourvoyeurs habituels de la destination ont affiché des baisses respectives de -14.62% en arrivées et -27.16 en nuitées et -4.16% en arrivées et -0.98% en nuitées. La durée moyenne de séjour durant le mois de septembre a enregistré une légère baisse, soit 6.11% en 2009 par rapport à 2008 (6.54%). Le taux d’occupation moyen dans les hôtels classés à Agadir durant ce même mois a enregistré une baisse de -1.77 (47.72% en 2009 contre 48.39% en 2008).
Nour-Eddine SALLOUK

Mohamed Kadimi
Mercredi 21 Octobre 2009

Lu 451 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs