Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’affaire de la roquette tombée sur Aqaba : La Jordanie pointe du doigt le Sinaï




La Jordanie a des «preuves» que la roquette qui a explosé lundi à Aqaba faisant un mort et cinq blessés, provenait de la péninsule égyptienne du Sinaï, a déclaré hier à l'AFP un haut responsable proche de l'enquête.
«Nous pouvons maintenant affirmer sans hésitation que la roquette Grad provenait du Sinaï, l'enquête nous en a fourni des preuves», a déclaré ce haut responsable sous couvert d'anonymat, vingt-quatre heures après l'explosion d'une roquette Grad en pleine ville d'Aqaba, limitrophe de la station balnéaire israélienne d'Eilat.
Le haut responsable a souligné que la Jordanie a en outre «de très fortes suspicions sur l'identité du groupe responsable de cette attaque».
Il a refusé de nommer le groupe «pour le moment».
La Jordanie a dénoncé lundi dans un langage particulièrement ferme un «acte terroriste» et «criminel» contre son territoire.
Dans un communiqué du ministre de l'Information Ali Ayed, le royaume s'engage à «continuer à s'opposer au terrorisme, aux terroristes et aux attaques contre des civils innocents ainsi qu'à tous ceux qui sont empoisonnés par des idéologies terroristes».
Le haut responsable a tenu à souligner que «le fait que la cible était Eilat et que la roquette soit tombée par erreur à Aqaba n'en fait pas moins un acte terroriste qui a coûté la vie à un innocent civil et blessé cinq autres».
La ville d'Eilat a essuyé lundi des tirs de roquettes qui n'ont pas fait de victime côté israélien. Selon des indications de la police israélienne, ces attaques semblent provenir de la péninsule égyptienne du Sinaï.
«Il s'agit du deuxième incident du genre en trois mois et la Jordanie ne tolérera pas que son territoire soit la cible d'attaques de roquettes», a encore dit le haut responsable.
Le 22 avril, deux roquettes étaient tombées sans faire de blessé près de la ville d'Eilat. L'une a explosé en mer où des débris ont été retrouvés, l'autre dans le port d'Aqaba endommageant un entrepôt. Ces attaques n'avaient pas été revendiquées. Des sources de sécurité israéliennes les avaient attribuées à des réseaux jihadistes, actifs selon elles dans le Sinaï, liés à des groupes de contrebandiers et en conflit avec les autorités égyptiennes.
Les villes d'Aqaba et d'Eilat sont nichées au fond du golfe d'Aqaba, un étroit bras de mer d'une largeur de quelques kilomètres, limité d'un côté par le Sinaï égyptien et plus loin au sud, sur l'autre rive, par l'Arabie saoudite.

AP, Reuters
Mercredi 4 Août 2010

Lu 556 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs