Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'affaire DSK classée : Dominique Strauss-Kahn libre de quitter les USA




Un juge new-yorkais a ordonné mardi l'abandon de toutes les poursuites contre Dominique Strauss-Kahn, désormais libre de quitter les Etats-Unis après trois mois d'une extraordinaire saga judiciaire qui a fait dérailler ses ambitions présidentielles.
Lors d'une audience expédiée en 15 minutes, le juge Michael Obus a sans surprise suivi le procureur qui lui avait demandé la veille de classer toutes les charges contre l'ancien patron du FMI, accusé de crimes sexuels. "Je ne vois aucune raison"  pour ne pas suivre l'avis du procureur, a-t-il expliqué. Le procureur-adjoint Joan Illuzzi-Orbon a répété, dans une salle d'audience de Manhattan pleine à craquer, que la femme de chambre qui accusait DSK de l'avoir sexuellement agressée le 14 mai avait menti à répétition aux enquêteurs, et que dans ce contexte, elle ne pouvait pas être un témoin crédible dans un procès. Et elle a ajouté qu'il ne pouvait pas être établi de manière indépendante que sa brève relation sexuelle avec Dominique Strauss-Kahn lui avait été imposée.
Anne Sinclair, la femme de DSK assise au premier rang, buvait ses paroles. Après l'audience, Dominique Strauss-Kahn, 62 ans, qui devrait récupérer son passeport mercredi, s'est exprimé pour la première fois depuis qu'il avait plaidé non coupable le 6 juin."C'est la fin d'une épreuve terrible et injuste. Je suis soulagé pour ma femme, mes enfants, mes amis, tous ceux qui m'ont soutenu (...) J'ai hâte de rentrer dans mon pays mais j'ai encore quelques petites choses à faire avant de pouvoir partir et je m'exprimerai plus longuement quand je serai de retour en France", a déclaré, visiblement soulagé, l'ancien patron du Fonds monétaire international devant sa luxueuse maison de TriBeCa, au sud de Manhattan. Dans une déclaration écrite, il a également remercié ses partisans après ces mois de "cauchemar", et précisé qu'il avait hâte de  "reprendre une vie plus normale".
Plus tôt dans la matinée, Kenneth Thompson, l'avocat de Nafissatou Diallo, 32 ans, avait dans une démarche de dernière minute tenté d'obtenir d'une Cour d'appel la nomination d'un procureur spécial qui aurait remplacé le procureur Vance. Mais sa demande a été rejetée. A sa sortie du tribunal, Me Thompson, le visage fermé, a dénoncé un procureur qui a " abandonné une femme innocente" et lui a "refusé le droit à la justice dans une affaire de viol". Plusieurs dizaines de féministes manifestaient devant le tribunal.
 "DSK, honte à toi!", scandaient-elles". Nafissatou, on te croit", affirmaient leurs pancartes. L'avocat de DSK, Benjamin Brafman, à l'inverse a salué "une décision courageuse"  du procureur. Il a évoqué "un comportement déplacé"  de l'ancien patron du FMI. "Ce n'était pas une relation forcée. On peut peut-être avoir un comportement déplacé mais c'est différent d'un crime et cette affaire a été traitée comme s'il s'agissait d'un crime", a-t-il déclaré à des journalistes. Dominique Strauss-Kahn était poursuivi pour sept chefs d'accusation, dont tentative de viol, agression sexuelle et séquestration. "Cette affaire avait mal commencé pour lui, elle finit mal pour elle" , a déclaré à l'AFP Edward Turner, président de "Lawyers without borders" présent à l'audience.
L'abandon de toutes les charges met fin à la procédure pénale mais DSK n'en a cependant pas complètement fini avec la justice américaine: les avocats de Mme Diallo ont lancé début août une procédure civile devant un tribunal du Bronx pour obtenir des dommages et intérêts.
Et il n'a pas pu récupérer son passeport mardi, en raison d'un séisme sans gravité ayant touché New York. Le tribunal a été évacué, les bureaux du procureur fermés jusqu'à mercredi. A Paris, l'un des avocats américains de Nafissatou Diallo, Douglas Wigdor, a affirmé que de nombreuses femmes avaient contacté son cabinet pour témoigner contre Dominique Strauss-Kahn. En France, l'abandon des charges contre DSK a été accueilli avec soulagement par les socialistes, candidats à la primaire y compris. Pour autant, l'avenir politique de Dominique Strauss-Kahn reste incertain et nul ne se risque à envisager qu'il soit candidat à la présidentielle de 2012. "Je suis très heureuse pour Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair", a déclaré mardi Martine Aubry, candidate à la primaire PS.

Libé
Jeudi 25 Août 2011

Lu 263 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs