Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'affaire Bettencourt secoue la France : L'étau se resserre autour de certains politiques




L'affaire Bettencourt secoue  la France : L'étau se resserre autour de certains politiques
On ne parle désormais plus que de ça. " L'affaire " Bettencourt et les remous qu'elle suscite au sein de la classe politique fait la une de la plupart des titres nationaux et des journaux télévisés apportant chaque jour son lot d'informations nouvelles. Dernières en date ? La publication par l'hebdomadaire Marianne des carnets de Claire Thibout, l'ex-comptable du couple Bettencourt. L'on apprend ainsi que près de 388.000 euros en liquide ont été retirés entre le mois de janvier et d'avril 2007, soit les mois précédant l'élection présidentielle de Nicolas Sarkozy. S'il est impossible de dire exactement à quoi a servi tout cet argent, il semblerait néanmoins que près de 183.350 euros soient inscrits aux carnets portant la mention " pour Monsieur (Bettencourt) ", une mention qui, selon l'ex-comptable, indique que les montants étaient destinés à des personnalités politiques de l'UMP (parti de Nicolas Sarkozy). La question est aujourd'hui de savoir si la cellule de renseignements financiers qui dépend du ministère des Finances a  été contactée par les banques dans lesquelles les retraits étaient effectués…  La publication des carnets fait suite aux accusations de Claire Thibout d'avoir retiré de grosses sommes de liquide destinées directement à des politiques français. Néanmoins, le 8 juillet dernier, Claire Thibout revenait elle-même sur certaines de ses déclarations, notamment celles qui impliquaient Nicolas Sarkozy. Désormais, ce sont des membres du " clan " Sarkozy, qui sont directement impliqués dans une affaire où les nouvelles se suivent mais ne se ressemblent pas.
A l'origine, le procès qui devait s'ouvrir le 1er juillet dernier était celui de François Marie Banier, peintre et écrivain très proche de Liliane Bettencourt, l'unique héritière du groupe L'Oréal à la tête de la troisième fortune de France. Depuis le décès de son époux en novembre 2007, cette dernière entretient des liens très étroits avec François Marie Banier et lui aurait versé en tout et pour tout pas moins de 993 millions d'euros. La fille de Liliane Bettencourt  a ainsi décidé d'attaquer  François Marie Banier en justice pour " abus de faiblesse ", affirmant que ce dernier profitait de l'âge avancé et de la fragilité de sa mère.
A première vue, un " simple " procès familial relancé en réalité par l'apparition d'enregistrements effectués au domicile personnel de Liliane Bettencourt entre mai 2009 et mai 2010 par le maître d'hôtel de l'héritière.
Ces écoutes, dont l'existence a été révélée par le site d'information Médiapart,  mettent le feu aux poudres puisqu'elles semblent impliquer directement certaines  personnalités politiques  de l'UMP qui auraient reçu de grosses sommes d'argent de Liliane Bettencourt pour le financement de la campagne présidentielle. Pire encore, elles révèlent également des fraudes et des évasions fiscales dans la fortune de Me Bettencourt, notamment l'existence d'une île privative dans les Seychelles ou de comptes bancaires en Suisse. Problème : l'une des gestionnaires de la fortune de Liliane Bettencourt  n'est autre que Florence Woerth,  femme d'Eric Woerth,  l'actuel ministre du Budget français à l'origine d'un récent projet controversé de réforme des retraites. A aucun moment Eric Woerth n'a jugé utile de lancer un contrôle fiscal concernant les comptes de Liliane Bettencourt, ce qui en soi ne constitue pas un délit mais qui peut entraîner " une prise illégale d'intérêts " s'il s'avérait que Florence Woerth a bel et bien participé ou du moins été informée de certaines fraudes fiscales.
Pour le moment, le président de la république ainsi que les ministres semblent avoir comme unique mot d'ordre " Tous derrière Eric Woerth " et crient au complot. Une ligne directrice qui paraît aujourd'hui difficile à tenir tant les soupçons pèsent sur le ministre du budget. Aujourd'hui 55% des Français se déclarent favorables à un remaniement ministériel immédiat réfuté par Nicolas Sarkozy qui annonce celui-ci pour octobre prochain. Les conséquences d'une telle affaire sont avant tout morales. A une période de crise économique mondiale, où le gouvernement français exhorte " à se serrer la ceinture, " où Eric Woerth lui-même propose une réforme de la retraite en invitant les Français à cotiser davantage et à travailler plus longtemps, l'écart se creuse davantage entre les " puissants " économiques ou politiques aux pratiques douteuses et le reste de la population. L'on ne peut alors qu'espérer que toute la lumière soit faite sur l'affaire Bettencourt afin que le sentiment d'injustice qui en découle soit quelque peu atténué.

Correspondance particulière : Sofia Aliamet
Samedi 10 Juillet 2010

Lu 310 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs