Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’adoption du projet de Code de la presse renvoyé aux calendes grecques

El Khalfi veut soumettre à nouveau son projet aux professionnels




L’adoption du projet de Code de la presse renvoyé aux calendes grecques
L’adoption du projet de Code de la presse et de l’édition prendra encore du temps. Il sera d’abord présenté aux professionnels avant son éventuelle soumission au Parlement, a annoncé Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement qui semble faire marche arrière sur sa précédente annonce, affirmant que ledit projet sera soumis au Parlement lors de la session d'avril. 
Intervenant lors d’une conférence internationale sur  « Les projets de loi sur la presse », organisée hier à Casablanca par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), le ministre a indiqué que la  soumission du projet de loi à l’examen des professionnels vise à susciter un débat approfondi  et au diapason des défis et enjeux du secteur. « Nous ne voulons pas brûler les étapes. Les projets de loi sont prêts depuis 2012, mais nous avons décidé d’aller doucement du fait que les réformes de deuxième génération de ce secteur exigent un débat public », a-t-il déclaré avant de poursuivre : « Aujourd’hui, trois parties du Code ont été finalisées, à savoir celles relatives au Conseil national de la presse, à la qualité de journaliste professionnel, à la presse électronique ainsi que celles afférentes aux domaines de la publicité, de l'imprimerie et de la diffusion. Ces parties ont été soumises au CNDH et seront  prochaînement présentées aux professionnels avant d’atterrir au Conseil du gouvernement». 
Ces propos ont fait sourire plusieurs observateurs puisque ce projet de loi fait l’objet de discussions depuis 2003. Dix ans après, le gouvernement Benkirane juge qu’il n’y pas le feu à la maison et qu’il faut encore donner du temps au temps et consulter, de nouveau, les professionnels, la société civile et d’autres parties prenantes.  Ces observateurs restent plus dubitatifs quant à la qualité de cette approche participative initiée  par le gouvernement. Ils craignent que les recommandations issues de ces concertations ne soient pas prises en compte. D’autant que rien ne garantit que les propositions des professionnels soient prises en considération.  Rien ne garantit non plus que l’adoption éventuelle de ce texte ne se fasse pas dans la douleur et que les turbulences qui avaient accompagné la mise en chantier de ce projet en 2007 soient de simples souvenirs. 
Hassan Semlali, président de la Fondation Driss Benzekri pour les droits humains et la démocratie, fait partie de ces observateurs dubitatifs.  Selon lui, la première mouture du projet de loi sur la presse n’augurait rien de bon et elle ne répondait pas de manière claire  à des besoins maintes fois réitérés depuis la promulgation du dernier Code de la presse en 2003. Notamment au niveau des peines privatives de liberté. « Les pouvoirs publics ont toujours contourné les dispositions du Code de la presse et usé de celles prévues par le Code pénal. Et le nouveau Code de la presse ne semble pas traiter cette question de manière suffisamment  tranchée pour éviter les dérives éventuelles», a-t-il lancé en réponse à El Khalfi qui n’a pas raté l’occasion de régler ses comptes, de nouveau, avec Samira Sitaïl, directrice de l’information de 2M et d’autres journalistes mais en douceur cette fois-ci, et sans les nommer. Ainsi, le ministre a-t-il déclaré que la presse ne doit pas être exemptée de toute critique et que toute appréciation du travail des journalistes n’est pas forcément attentatoire à leur  droit d’expression. 
Pourtant, ni Mustapha El Khalfi ni son chef de gouvernement n’arrivent encore à se faire à l’idée que le rôle de la presse n’est pas de lutter contre le pouvoir  ni  de se soumettre à ses ordres. Ils semblent  oublier également qu’une presse indépendante est consubstantielle à l’Etat de droit et que son pouvoir de contrôle doit être exercé en toute indépendance et loin de tout arbitraire. 

Hassan Bentaleb
Samedi 31 Mai 2014

Lu 2474 fois


1.Posté par larsen le 31/05/2014 10:13 (depuis mobile)
Là presse constitue les yeux du pouvoir,là santé du pays,l''avocat du citoyen ,là gardienne des institutions et les valeurs du royaume.il faut l''encourager dans la limite du cadre légal spécialement conçu pour elle,et faire tout pour qu''elle vive .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs