Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’activité industrielle en berne


Chimie et parachimie piquent du nez



L’activité industrielle en berne
L’activité industrielle a accusé une baisse en février par rapport au mois précédent, selon l’enquête mensuelle de conjoncture relative au mois de février de Bank Al-Maghrib  (BAM).  
Malgré cette baisse de régime de l’industrie nationale, attestée par un solde d’opinion de 20%, les industriels restent toutefois optimistes. A ce propos, la moitié d’entre eux envisage une reprise de l’activité  alors que 40% anticipent une stagnation de la situation.
Selon ladite enquête, qui  précise que la contraction de l’activité aurait concerné l’ensemble des secteurs, ce sont les industries  chimiques et parachimiques qui sont les plus concernées. Environ 60% des patrons de cette branche envisagent  une baisse.
Pour ce qui est du prochain trimestre, les industriels restent globalement optimistes quant à l’amélioration de la situation. Néanmoins, ceux des industries électriques et électroniques anticipent une détérioration. Un constat qui s’avère normal lorsqu’on se rappelle que plus de 400 entreprises du secteur de l’électricité connaissent des difficultés financières à cause des retards de paiement des arriérés de l’ONEE qui s’accumulent depuis plus de 18 mois.
Cette détérioration de l’activité s’est reflétée à travers le repli des ventes globales  en  février par rapport au mois de janvier. «Le solde d’opinion ressort à -11 contre -35 le mois précédent», souligne ladite enquête. Cette rétraction observée des ventes recouvre une détérioration des ventes de la majorité des branches, particulièrement des industries chimiques et parachimiques.
Pendant ce temps, les industriels  escomptent pour le deuxième trimestre une amélioration des ventes qui concernerait essentiellement les industries agroalimentaires, mécaniques et métallurgiques.  A l’inverse, 73% des industriels de la branche chimique et para-chimique s’attendent dans le meilleur des cas à une stagnation sinon une baisse des ventes.
Dans ces conditions, 52% des industriels ont jugé normal  le niveau du carnet de commandes. Une proportion qui atteint 35% dans la branche chimique et parachimique. Cette diminution des commandes a fait que les stocks des produits finis ont gardé le même niveau pour 70%  des industriels. Tandis que 22% des industriels estiment qu’ils sont à un niveau supérieur à la normale. Ces proportions sont respectivement de 53% et de 45% pour les industries chimiques et parachimiques.
Par branche d’activité, les prix des produits finis auraient baissé dans les industries chimiques et parachimiques  mais  stagné dans le reste des branches de l’industrie

Mohammed Taleb
Vendredi 22 Mars 2013

Lu 567 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs