Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’accès à l'information débouche sur un clash entre Benkirane et Ghellab

Une altercation qui traduit le hiatus entre le gouvernement et le Parlement




L’accès à l'information débouche sur un clash entre Benkirane et Ghellab
L’altercation, hier, entre le président de la Chambre des représentants et le chef du gouvernement est annonciatrice du fossé entre les deux institutions constitutionnelles qui ne cesse de s’élargir.
Opposant  Karim Ghellab à Abdelilah Benkirane, ce clash est survenu lors du colloque national sur «Le droit d’accès à l’information : levier de la démocratie participative», organisé par le ministère de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration.
Au cours de son intervention, Karim Ghellab a tiré à boulets rouges sur le gouvernement dont il a critiqué le retard enregistré au sujet de la présentation d’un projet de loi concernant le droit à l’accès à l’information, alors qu’il a, en même temps, bloqué toutes les propositions émanant des parlementaires, estimant que seul le gouvernement a le droit de légiférer.
Au lieu de permettre au président de la Chambre des représentants de terminer son  intervention, Abdelilah Benkirane qui n’a pas apprécié cette critique, a tenté de l’interrompre. Karim Ghellab, d’ordinaire calme et souriant, s’est insurgé en répétant à maintes reprises d’un ton ferme: «Ne m’interrompez pas, vous n’avez pas le droit de le faire».
Les relations entre le Parlement et le chef du gouvernement se sont détériorées récemment. Cette crise entre les deux institutions s’est manifestée clairement à travers la décision commune des groupes de l’opposition à la Chambre des représentants (en l’occurrence le Groupe socialiste, celui du Rassemblement national des indépendants, celui du Parti de l’authenticité et de la modernité et celui de l’Union constitutionnelle) de boycotter la séance mensuelle du vendredi 31 mai 2013. Laquelle constitue, comme le stipule l’article 100 de la nouvelle Constitution, un mécanisme important de contrôle de l’action du gouvernement.
Dans un communiqué commun, les quatre groupes parlementaires s’étaient  élevés contre la logique du gouvernement et de sa majorité qui tiennent à monopoliser le temps et la programmation des questions et des thèmes. Un autre point qui irrite les Groupes parlementaires de l’opposition relève du blocage systématique de toutes leurs initiatives législatives par le gouvernement qui use, pour ce faire, de sa majorité numérique, alors qu’il a prouvé qu’il était « incapable d’élaborer les textes de lois pour l’opérationnalisation de la Constitution et notamment les lois organiques».

T.M
Vendredi 14 Juin 2013

Lu 930 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs