Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’USFP signe le pacte élaboré par l’ICPC : 21 partis s’engagent à respecter l’éthique durant leur campagne




vingt et un partis politiques  ont signé le Pacte éthique de la pratique politique élaboré par  l'Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC). Une grande majorité des formations politiques auxquelles le document a été soumis ont donc adhéré au contenu de ce Pacte à même de moraliser la vie publique et lutter contre la corruption politique et électorale.
Ce document final a été  étoffé et enrichi par les recommandations et remarques soumises à l'Instance par ces formations politiques, car la première mouture a soulevé quelques remarques et réserves, particulièrement les articles 6 et 30 concernant la transhumance politique et la contestation des résultats définitifs des élections.
Les  partis politiques signataires dudit Pacte s'engagent à respecter  les principes de la bonne gouvernance partisane,  l'interdiction de la transhumance politique et la gestion transparente des finances, entre autres. Des principes énoncés par les dispositions de la nouvelle Constitution, qui stipulent, entre autres, le multipartisme, la bonne gouvernance, la reddition des comptes et le renforcement des mécanismes de contrôle.
Outre  l'Union socialiste des forces populaires, d’autres partis ont signé ce pacte.  Il s’agit du Parti du progrès et du socialisme, du Front des forces démocratiques, du Parti de l’Istiqlal,   de l'Union constitutionnelle, du Parti authenticité et modernité, du Parti socialiste, du Parti Al Amal, du Parti de l'environnement et du développement, du Rassemblement national des indépendants  et du Parti démocratique national.
Il s'agit également du Parti de la renaissance et de la vertu, du Mouvement populaire, du Parti de la liberté et de la justice sociale, du Parti des verts pour le développement, du Parti travailliste, du Parti de l'action, des Forces citoyennes, du Parti de la société démocratique, du Parti marocain libéral et du Parti de la gauche verte. A rappeler que dans l'objectif de renforcer le processus démocratique, à travers l'immunisation de l'action politique contre les pratiques frauduleuses, l’ICPC avait présenté en octobre dernier un rapport dans lequel elle avait dressé un état des lieux de la corruption politique et électorale au Maroc et l'ensemble des recommandations et propositions issues d’un diagnostic et des efforts déployés à cet égard. Concernant ce volet, les recommandations  de l’ICPC contenues dans la Charte visent, entre autres, à criminaliser les infractions relatives au dépassement du plafond fixé et au non-respect du délai de dépôt d’inventaire des dépenses des campagnes électorales ; unifier les peines de prison et des amendes en matière de corruption électorale et de l’usage des biens publics lors des campagnes électorales pour l’ensemble des élections législatives, communales ou professionnelles ; garantir la protection juridique aux dénonciateurs des actes de corruption électorale à l’instar de ceux des autres crimes.

L.B
Samedi 19 Novembre 2011

Lu 795 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs