Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’USFP, le PT et le PS lancent un processus d’intégration pour contrer le projet rétrograde et conservateur

Un grand parti socialiste pour un Maroc démocratique, ouvert et tolérant




L’USFP, le PT et le PS lancent un processus d’intégration pour contrer le projet rétrograde et conservateur
Fièvre des grands jours ce mercredi 22 mai au cinquième étage du siège r’bati de l’Union socialiste des forces populaires. Sous les applaudissements de ce peuple de gauche qui a fait en nombre le déplacement, trois leaders foncièrement socialistes, ittihadis d’abord et avant tout, ont signé la déclaration annonçant le processus de  fusion entre l’Union socialiste des forces populaires, le Parti travailliste et le Parti socialiste. L’instant est solennel. L’évènement est à coup sûr historique. La signature des trois secrétaires généraux, Driss Lachgar, Abdelkrim Benatiq et Abdelmajid Bouzoubaa, est immortalisée par une haie de cameramen et photographes. La famille socialiste vient de sceller ses retrouvailles. Les fils prodiges retrouvent le chemin de la maison  originelle. « Nous sommes les enfants du mouvement ittihadi. Ce qui nous a séparés est conjoncturel. Nous ne retenons aujourd’hui que notre histoire militante commune et notre mobilisation pour un Maroc démocratique », affirment en chœur les trois leaders en conférence de presse.
Si le processus d’intégration ne fait que commencer, la volonté politique de ces trois partis est forte. « Le front de gauche est une urgence pour sauver ce qui reste des acquis démocratiques et présenter une offre politique alternative aux conservateurs qui veulent avoir la mainmise sur la société », explique Abdelkrim Benatiq, le chef de file du Parti travailliste. Très vite, il est alors apparu aux trois responsables politiques socialistes que c’est dans l’union qu’ils pourront exercer une influence, peser sur la prise de décision, installer le projet d’une société progressiste, ouverte, tolérante. L’intégration est clairement visée à court et moyen termes. La validation par les instances décisionnelles des trois formations politiques sera lancée dans les prochaines semaines. « Cela prendra le temps qu’il faudra mais le processus est lancé et nous ne nous lâcherons pas la main. Nous allons sûrement vous surprendre parce que l’intégration se fera plus rapidement que pensent certains», soutient le SG du Parti travailliste.
Mais c’est la constitution d’un grand parti socialiste au leadership national qui est visée par cette intégration. Le projet est d’envergure et se situe bien au-delà de la formation d’un pôle de gauche. L’appel est lancé à tous ceux et celles dont le cœur bat à gauche. « Nous nous adressons aussi à cette gauche nouvelle qui n’est pas seulement à l’intérieur de partis mais qui s’exprime dans la société, les syndicats, dans le champ culturel », précise Driss Lachgar tout en appelant intellectuels et artistes à s’engager en faveur de la démocratie, la liberté et la modernité du Maroc.
Le projet d’union-intégration mûrit depuis plusieurs mois. Les trois leaders ont multiplié les réunions et rencontres, loin des sièges partisans. Pour discuter, débattre, tout déballer sans tabou. Situation politique du pays, crise économique, projet démocratique en danger, menaces sur l’intégrité territoriale : Lachgar, Benatiq et Bouzoubaa n’ont éludé aucun sujet, aucun dossier avant de se faire une conviction à la fois profonde et commune. « La réunification des rangs et  la constitution d’un front de gauche fort, démocratique et moderniste, un front socialiste se sont imposées à nous au regard de ce qui se passe dans notre pays. C’est à travers un tel front qui commence avec l’intégration du PS et du PT au sein de l’USFP que nous pourrons contrer le projet passéiste, rétrograde et conservateur. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons travailler ensemble dans l’union tout en préservant la diversité des idées et des points de vue », soutient le patron des Usfpéistes avant de souligner que le PPS s’est auto-exclu du pôle de gauche en participant à un gouvernement conservateur.
Et en attendant la mise en œuvre « technique » de  l’intégration, le front de gauche incarné par l’USFP, le PT et le PS soutiendra désormais tous les fronts sociaux. Une manière de faire écho à la colère de tous les indignés du Maroc.

Narjis Rerhaye
Jeudi 23 Mai 2013

Lu 623 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs