Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’USFP dénonce la tentative du PJD de créer une société civile à sa mesure




L’USFP dénonce la tentative du PJD  de créer une société civile à sa mesure
L’ordre du jour de la  réunion hebdomadaire  du Bureau politique  tenue le 5 mai 2014  a comporté les points suivants : la participation à la célébration du 1er Mai, l’action parlementaire, les travaux du Comité des migrations de l’Internationale socialiste à Tanger et les congrès régionaux. 
A l’issue de l’exposé du Premier secrétaire, le Bureau politique a fait part de suggestions et de décisions se rapportant aux différents points inscrits à l’ordre du jour, tout en se représentant la situation politique  que traverse notre pays et la crise qui impacte la situation socio-économique, et ce dans le cadre d’une politique insensée qui mine la gestion de la chose publique au niveau gouvernemental dans plusieurs domaines marqués par de dangereuses régressions. Au lieu de chercher à y remédier, le gouvernement préfère s’en détourner tout en usant d’une exploitation flagrante des postes de décision dans le but de faire la propagande de petites positions partisanes au détriment des acquis démocratiques et sociaux des citoyennes et des citoyens.
Le Bureau politique a relevé à ce propos la mobilisation et l’adhésion qui ont marqué  la célébration du 1er Mai 2014 à l’échelon national, félicitant par là  la classe ouvrière marocaine tant dans le secteur privé que public. Ces festivités lui ont servi d’occasion pour exprimer sa condamnation de la politique gouvernementale impopulaire allant à l’encontre de la volonté et des aspirations de la classe ouvrière et du peuple marocain et de l’insignifiance des résultats qui ont marqué le dialogue social et qui n’ont même pas atteint le seuil minimal  des revendications soumises au moment où le pouvoir d’achat ne cesse de se détériorer, les libertés d’être bafouées et les manifestants d’être réprimés. Le gouvernement et son chef ont de quoi être fiers après cette augmentation dérisoire du SMIG affectant ainsi le pouvoir d’achat des citoyens et dépréciant l’action syndicale et son rôle dans l’encadrement et la mobilisation  et bloquant  ainsi le  développement démocratique  voulu par  la Constitution de 2011.    
Au niveau de l’action parlementaire, le Bureau politique a insisté sur le fait de poursuivre les efforts  dans les deux Chambres, ainsi que de mener une bataille législative au cours du temps imparti. Et ce, pour faire face à toutes les régressions enregistrées au niveau des acquis réalisés par notre pays depuis l’alternance couronnée par la Constitution 2011, à la préservation de l’institution législative de toutes les déviations qui l’ont affectée sous l’ère du gouvernement actuel qui tente de détourner son rôle de contrôle, ainsi que de paralyser son rendement, ce qui sert cet Exécutif avec les répercussions qui touchent le processus de la transition démocratique dans notre pays.
D’autre part, les membres du Bureau politique ont débattu du déroulement des travaux du Comité des migrations relevant de l’Internationale socialiste, tenus à Tanger les 2 et 3 mai courant. Ils ont loué la présence qualitative des représentants de l’IS, leaders de partis, de parlements et de ministères, venus d’Europe, d’Afrique et d’Amérique latine. De même qu’ils se sont félicités du niveau des débats sur « l’humanisation des migrations », thème qui s’impose à l’ère de la mondialisation et qui est au cœur des grands défis que notre pays est appelé à relever.
Le Bureau politique a souligné avec fierté la réussite des travaux  du 6ème Congrès du Syndicat national des postes et télécommunications dont la séance d’ouverture a rendu hommage aux militantes et militants ayant marqué de leurs empreintes ce Syndicat depuis sa création jusqu’à nos jours.
En commémoration de la Journée mondiale de la presse, le Bureau politique qui a adressé un message de félicitations à l’ensemble des journalistes, n’a pas manqué de relever le recul qui a affecté la profession, notifié dans les derniers rapports internationaux. Il a appelé à ce propos à faire face à toutes les formes de restrictions sur les libertés d’expression et de pensée, ainsi que les autres libertés individuelles.
Défendant le principe de participation quant à la consolidation de l’Etat de citoyenneté, les membres du Bureau politique ont tenu à dénoncer la politique menée par le gouvernement à l’encontre des Amazighs,  et ce en gelant et en ignorant l’ensemble des projets relatifs à l’application du caractère officiel de la langue amazighe.
Le Bureau politique a dénoncé également le détournement systématique par le parti du chef du gouvernement des revendications légitimes des Amazighs garanties par la Constitution, à travers la création d’une société civile propre au PJD en vue de faire passer un projet sociétal contraire dans sa teneur  aux exigences de l’Etat de droit, de citoyenneté et de modernité.
En ce qui concerne le volet organisationnel, le Bureau politique a pris acte des rapports présentés par les responsables des régions et des provinces et a appelé à la nécessité d’accélérer la tenue des Congrès provinciaux et régionaux.

Mercredi 7 Mai 2014

Lu 932 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs