Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’USFP condamne avec vigueur les attentats ayant frappé la Tunisie, le Koweït et la France


Halte aux discours de la haine tenus dans notre pays par les mentalités rétrogrades et obscurantistes



L’USFP condamne avec vigueur les attentats ayant frappé la Tunisie, le Koweït et la France
Une journée sanglante, un vendredi noir. La bête immonde a frappé trois fois. La barbarie terroriste a fait couler le sang dans une mosquée au Koweït, dans un hôtel en Tunisie et dans une usine en France.
Daech est derrière ce triple attentat. Son désir de prouver que son terrorisme est intercontinental et qu’il peut frapper simultanément en Asie, en Afrique et en Europe est manifeste.
Trois pays, trois peuples s’en trouvent atterrés. Le monde entier, celui des valeurs également. Aussi la réaction de l’Union socialiste des forces populaires ne s’est-elle pas fait attendre. Et c’est en toute logique que ces tristes événements ont dominé lors de la réunion du Bureau politique du Parti.
L’USFP condamne sans équivoque et avec vigueur ces vils attentats terroristes ayant visé des pays frères et amis tout en faisant part de ses condoléances et de son empathie à l’égard des directions politiques, gouvernements et peuples de ces trois pays.
Le risque est là. Le danger est omniprésent. Le but de la nébuleuse terroriste est de frapper partout en tout lieu et en tout moment. Et, comme le rappelle bien le Bureau politique de l’USFP à l’intention de l’opinion publique nationale, cela n’aurait pu être envisageable sans l’existence de parties, d’un environnement, le couvant, le parrainant lui manifestant sa sympathie implicite ou avouée et lui assurant un soutien matériel…
C’est pourquoi, vigilance et mobilisation, au vu de l’attitude irresponsable de certaines directions opportunistes qui dans leur fallacieuse prétention de veiller sur l’islam et les musulmans, vont jusqu’à justifier, par leur position et leurs appels, les actes et les desseins des terroristes, ne seraient pas de trop.
Dans quel cadre, au fait, situer cette correspondance signée du chef du gouvernement et adressée à une institution constitutionnelle et de surcroît, sciemment glissée à une presse suiviste ? Ladite correspondance exigerait que des sanctions financières soient infligées aux responsables de la retransmission télévisuelle de la soirée inaugurale d’un festival organisé sous le Haut patronage Royal et suivi qui plus est, par des millions de Marocains.
Il s’agit là, spécifie le communiqué de l’USFP, d’un acte irresponsable qui, d’ailleurs fait partie des fondamentaux du discours d’Abdelilah Benkirane et qui incite à la rancune et à la haine et à semer la division au sein du peuple marocain, en cherchant à placer d’un côté des Marocains «de piété et de prières » et de l’autre des Marocains de « la débauche et des soirées ».
Un tel discours infecte également certaines mosquées transformées en tribunes prêchant la haine et prônant l’endoctrinement et le prosélytisme politique faisant fi des lois en vigueur et des Dahirs régissant la fonction des mosquées et des imams.
Le Maroc est plus que jamais menacé dans ses acquis réalisés par la voie d’une culture de modération et d’indulgence, celle des valeurs de cohabitation et des droits de l’Homme.
On en a pour preuves des exemples tout récents, les uns aussi affligeants, aussi effarants que les autres. Le cas de ces deux jeunes filles arrêtées et poursuivies à Inezgane, leurs  habits n’ayant pas été du goût de quelques mentalités déphasées et rétrogrades, mais soucieuses tout de même d’imposer leur diktat. Cette banderole « daeshienne » plantée sur la plage de Taghazout, et visant à interdire le port d’un maillot de bain. L’épreuve d’examen concernant « l’Education islamique » incitant à faire l’amalgame entre droits de l’Homme et débauche …
Pour l’USFP, toutes ces viles aberrations sont faites pour semer la discorde au nom d’une identité islamique servant de prétexte et à ébranler la stabilité du pays et freiner son parcours démocratique et de développement.
Mettant en garde contre les conséquences que de telles déviations aussi dangereuses peuvent entraîner, le Bureau politique n’hésite pas à condamner toutes formes de discours ou de messages de haine que véhiculent inlassablement les forces rétrogrades et obscurantistes avec en tête le mouvement dit d’unicité et de réforme (Attawhid wa Al Islah) et son prolongement politique représenté par le PJD qui mène le gouvernement actuel mais qui n’en fait pas moins de se cacher derrière un référentiel religieux en vue d’imposer aux Marocains une tutelle totalitaire et de semer des dissensions entre eux tout en bafouant leurs droits fondamentaux et leurs libertés individuelles. Tout cela est fait pour promouvoir le fanatisme, l’extrémisme et le terrorisme.
L’impunité dont bénéficient aujourd’hui quelques nervis et apôtres de la haine frappant d’apostasie toute voix moderniste et progressiste, le Premier secrétaire de l’USFP en tête, est pour le moins suspecte.
La nébuleuse terroriste, désormais intercontinentale, vient de servir une autre ignominieuse preuve du grand danger qu’elle représente. Au vu de la situation aléatoire qui prévaut dans la région, et de la lâcheté de ceux qui en tirent les ficelles, l’USFP insiste sur l’urgence de mettre sur pied le Conseil supérieur de sécurité dont la création est stipulée par la Constitution. Il exhorte également les autorités marocaines à relever au plus haut  degré le niveau d’alerte et à prendre incessamment les mesures nécessaires pour le maintien de la sécurité et la protection de la liberté des citoyennes et des citoyens tout en contrecarrant toute tentative d’exploiter  la religion à des fins politiques et en s’opposant avec la fermeté voulue aux obsessions « daeshiennes » avant qu’il ne soit trop tard.
Appel est lancé enfin à toutes les forces vives et progressistes pour davantage de résistance, de persévérance, de vigilance et de mobilisation en vue de préserver les acquis et de consolider le projet démocratique marocain dont les fondamentaux ont été instaurés depuis l’indépendance par plus d’une génération dans un cadre de cohabitation pacifique, de cohésion sociale et d’ouverture culturelle.
 

Mohamed Benarbia
Lundi 29 Juin 2015

Lu 1224 fois


1.Posté par Danger! le 29/06/2015 08:22
Ça décrit assez bien le jeu dangereux du gouvernement..

2.Posté par Professeur Mourad Alami le 30/06/2015 06:51 (depuis mobile)
Le PJD et en tete bien sur Benkirane sont responsables de ces tensions islamistes. L`islam politique est sanguinaire parce qu`il se nourrit de textes sanguinaires. L`islam politique est un danger, un cancer dont il faudrait se debarasser.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs