Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’USFP célèbre la Journée de la fidélité à ses martyrs

48ème anniversaire de la disparition de Mehdi Ben Barka




L’USFP célèbre la Journée de la fidélité à ses martyrs
Il y a quarante-huit ans disparaissait  Mehdi Ben Barka, gravant à jamais son nom dans l’histoire des sacrifices que les militants du parti des Forces populaires ont dû consentir pour  porter haut la voix du peuple, traduire les espoirs en actes concrets et donner corps à ses ambitions démocratiques et modernistes. Quarante-huit  longues années dont  on n’a pas fini  de compter les semaines et  les mois, nourrissant sans cesse l’espoir d’accéder à cette  vérité sur la disparition de l’opposant le plus célèbre, du militant convaincu, pur et dur, du leader socialiste et l’un des fondateurs du parti de la Rose marocain.  Une vérité  qui, pour quelques obscurs intérêts, se veut vainement inaccessible, impénétrable et ce, en dépit de la déclassification de quelques  documents de ce dossier qui tient toujours en haleine toute une nation, tout un pays, tout un parti.  
Sa famille, ses amis, ses compagnons de lutte, son parti et toutes les forces vives au Maroc, et à travers le monde, n’ont cessé d’œuvrer dans ce sens. Mais en vain. Le secret demeure entier et la vérité est toujours incomplète, imparfaite, imprécise.  
 Nul ne peut ignorer les avancées réalisées par le Maroc en matière des droits de l’Homme. Toutefois, la réconciliation du pays avec son passé ne saurait être à la hauteur de toutes ces aspirations placées en un avenir qui se doit d’être prometteur. Les leaders ittihadis ne cessent de réclamer l’élucidation du mystère qui entoure encore cette disparition, mais rien de concret n’a été réalisé et le mystère subsiste toujours.
Aussi la Journée de fidélité pour l’avenir que l’USFP célèbre aujourd’hui prend-elle tout son sens, car, comme l’a dit le Premier secrétaire, Driss Lachgar, « nous devons nous remémorer les sacrifices du martyr Mehdi Ben Barka et son militantisme tant pour l’indépendance du Maroc que pour la liberté des Marocains. Nous devons, comme nous l’avons fait durant plus de quatre décennies, tirer les enseignements nécessaires de son legs intellectuel et politique et le prendre en exemple». Lui rendre hommage, c’est donc non seulement le faire à sa personne, mais aussi à tous les martyrs ittihadis enlevés, détenus, torturés, exilés, condamnés à mort ou qui ont donné leur vie pour que le Maroc devienne un Etat de droit et de libertés.
De Si Mehdi, Si Abderrahim dira  qu’il était “brillant et d’une intelligence exceptionnelle”, rappelant qu’”il avait entrepris son action nationaliste alors qu’il était à peine âgé de 15 ans…”
Pour Abderrahmane El Youssoufi, "la plaie de notre souffrance ne s'est toujours  pas cicatrisée  et l'image de notre martyr ne peut s'être estompée".
Mohamed Elyazghi, pour sa part, interpelle l'Etat sur son devoir de "déployer davantage d'efforts en vue de dévoiler la vérité sur son sort".
 Et ce n'est pas sans une légitime fierté qu’Abdelouahed Radi rappelle l'inestimable contribution du martyr Mehdi à l'édification du Maroc au lendemain de l'Indépendance, prenant notamment comme exemple Tarik Al Wahda (Route de l'Unité).
  Moult scénarios ont été tramés ou montés de toutes pièces, mais à chaque fois que l’on croit être à deux doigts de saisir les tenants et  les aboutissants de ce dossier, combien épineux, quelques raisons obscures dites intempestivement «d’Etat» surgissent de nulle part pour que le «mystère» perdure.  Durant toutes ces années, les démocrates d’ici et d’ailleurs n’ont cessé de réclamer la vérité sur ce dossier. De sit-in en meeting organisés en France ou au Maroc, on a toujours demandé que le voile soit levé sur cette affaire qui a trop traîné et qui a défrayé la chronique malgré les quelques timides initiatives de la justice française.
 L’histoire remonte à un certain vendredi 29 octobre 1965, quand le militant socialiste marocain, Mehdi Ben Barka, avait rendez-vous à la Brasserie Lipp, boulevard Saint-Germain, à Paris, avec un journaliste, un producteur et un scénariste, pour discuter de la préparation d’un film sur la Tricontinentale. Le militant marocain fut enlevé et les conditions de son assassinat n’ont jamais été révélées, malgré plusieurs instructions judiciaires françaises.
Quarante huit ans déjà. De longues années au cours desquelles toutes les personnes éprises de liberté et de dignité aspirent à ce que toute la lumière soit faite sur la disparition du martyr Mehdi Ben Barka. Il s’agit d’un  black-out qui a, depuis des décennies, entouré cette affaire. Ce mutisme réclame plus de transparence de la part des responsables marocains et français, pour que la vérité sur la disparition du martyr éclate au grand jour.
Afin que cette quête de vérité demeure vivace  et que les indicibles et cruelles violations des droits de l’Homme du passé ne se reproduisent plus, un meeting de l’USFP sera organisé ce soir à partir de 18h devant la tristement célèbre prison de Derb Moulay Chérif à Hay Mohammadi à Casablanca sous le thème « Fidélité pour l’avenir».

Lire également notre cahier spécial dédié à l’anniversaire du martyr Mehdi Ben Barka

Kamal Mountassir
Mardi 29 Octobre 2013

Lu 361 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs