Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’USFP appelle à la suspension de tout contact avec le secrétaire général de l’ONU




Le Bureau politique de l’USFP, tout en suivant la dernière visite du secrétaire général de l’ONU dans la région, s’est dit préoccupé et consterné par le dérapage de Ban Ki-moon à travers ses lapsus et son attitude partiale qui constituent une provocation flagrante à l’égard du peuple marocain et ses forces vives, et une trahison à l’endroit de l’Etat marocain qui n’a cessé de coopérer de bonne foi avec les Nations unies pour le règlement du conflit artificiel du Sahara marocain.
Les agissements irréfléchis et condamnables du secrétaire général de l'ONU  ne se sont pas limités à une dérive par rapport à la terminologie de l'ONU  concernant ce conflit mais ils ont été d'une gravité telle que Ban Ki-moon  s'est incliné devant le drapeau d'une entité fantoche et non reconnue par la  communauté internationale, tout en faisant des déclarations hostiles au Maroc dans une zone où il est censé observer la neutralité, ce qui constitue un grave précédent dans les annales de l'organisation onusienne, et indigne de la position et des nobles missions que le secrétaire général de l’ONU se doit d’incarner.
Outre le fait que le secrétaire général de l’ONU a délibérément omis dans ses déclarations, lors de cette visite, la proposition marocaine relative à l’autonomie soutenue par le Conseil de sécurité, il a également osé porter atteinte à la souveraineté marocaine sur ses provinces du Sud en  usant du vocable «occupation», oubliant que la présence marocaine n’a jamais été qualifiée par l’ONU et le processus onusien de « force d’occupation » aussi bien dans les rapports du secrétaire général de l’ONU que dans les décisions du Conseil de sécurité ou encore l’Assemblée générale. Il semble ignorer la véritable signification du terme « occupation » qui ne s'applique selon le règlement de La Haye et la quatrième Convention de Genève qu'à « une force qui occupe un Etat déjà existant lors d'un conflit international armé ». Personne n’ignore que le Maroc a récupéré son Sahara de l'occupation espagnole au moment où  aucun autre Etat indépendant ne revendiquait les provinces du Sud occupées à  l'exception du Royaume du Maroc.
L’USFP considère que les agissements et les déclarations du secrétaire général de l’ONU, marqués  par la nervosité, constituent une violation flagrante de la Charte des Nations unies, ce qui est  loin de favoriser un climat de paix ou la reprise des pourparlers concernant ce  conflit artificiel, d'autant plus que la communauté internationale estime que la  solution politique de ce conflit à travers le projet d'autonomie proposé par le  Maroc est sérieuse et crédible.
Pour ce faire, l’USFP appelle  le gouvernement à suspendre ses contacts avec le secrétaire général et son envoyé personnel en attendant que la situation soit clarifiée à propos de cette volte-face du secrétaire général dans la gestion des médiations entre les parties  en conflit, déviant d’une façon flagrante des décisions du Conseil de sécurité et de la Charte de l’ONU.
Devant ce dérapage provocateur  du secrétaire général de l’ONU, ce qui risquerait de compliquer davantage les efforts consentis pour parvenir à une solution politique consensuelle, l’USFP appelle  à la tenue d'une séance parlementaire extraordinaire pour  examiner la situation après la visite de Ban Ki-moon dans la région et exprimer la colère du peuple marocain contre  cette dérive et son attachement  constant à la souveraineté marocaine sur les provinces du Sud.

Samedi 12 Mars 2016

Lu 1815 fois


1.Posté par Malik le 11/03/2016 18:38
Rappelons nous l'adage " Les absents ont toujours tords". Ban ki moon n'a pas pu être reçu au Maroc lors de cette tournée, ce qui a laissé le champ libre au Polissario pour étaler sa propagande avec probablement de nombreux faux témoignages de sahraoui visant à faire pencher la balance du coté du Polissario. Les saharouis des camps ayant voulu lui remettre une lettre ont été brutallement repoussés par les milices du Polissario.Et cela ne fera qu'empirer si le Maroc persiste dans cette politique systématique de la chaise vide dès qu'il trouve un contentieux avec des instances étrangères ou internationales. Le Maroc doit manifester sa total désaprobation à Ban kin moon mais doit continuer à s'adresser à lui pour justement lui démontrer qu'il est dans le faux et surtout il doit s'atteler à préparer le mieux possible sa prochaine visite dans les provinces sud marocains. Avec la participation active de nombreux sarhaouis fier d'appartenir à la mère patrie et aussi entendre le témoignage de ceux qui ont fui les camps de Tindouf. Ceci afin que le secrétaire général de l'ONU se rende compte par lui même que le Polissario n'est nullement le seul représentant des saharaouis et que les sahraouis vivant au Maroc sont fière d'etre marocain et qu'ils vivent dans des conditions dignes bien loin de la misère et de la répression qui régne dans les camps de Tindouf. Ce contraste saisissant sera une démonstration de la justesse de la politique marocaine dans ce dossier et une claque magistrale aux allégations mensongères du Polissario et de leur donneur d'ordre.

2.Posté par Plékhanov le 12/03/2016 20:52
C'est assurément une proposition que le gouvernement doit concrétiser dans les plus brefs délais.Ce ténébreux secrétaire général de l'ONU vient de nous fournir une bonne raison et une occasion en or de lui faire rentrer dans la gorge ses prises de parti scandaleuses constatées depuis longtemps.L'erreur aura été d'avoir beaucoup tardé à le faire en sous-estimant le cynisme d'un tel personnage.

3.Posté par Gma Ahmed le 22/03/2016 23:47
La réponse de 40 millions de Marocains à l’Algérie.
Le Sahara est Marocain et le Maroc est dans son Sahara.

Un slogan magique qui empoisonne nos frères Algériens et arrive à transformer un Sud Coréen en Polisario que le régime Algérien a réussi à le faire… divaguer.
Quarante et un ans après la première Marche Verte, Rabat a accueilli dimanche 13.03.16 une marche gigantesque dans ce qui ressemble à une « Marche Verte bis ». Les estimations parlent de trois millions de Marocains venus des quatre coins du Royaume pour scander en chœur : le Sahara est Marocaine et le Maroc est dans son Sahara. Ces Marocains étaient aussi là pour chanter des slogans patriotiques à la gloire de nos provinces récupérées en protestation contre les déclarations outrageuses du secrétaire général des Nations Unies Mister Ban Ki-Moon.
Les citoyens ordinaires ont côtoyé durant la manifestation des hommes politiques, des leaders syndicaux ou des militants associatifs. Ils ont marché pendant des heures côte à côte comme pour envoyer un message fort aux adversaires du Royaume que tous les Marocains sont unanimes lorsqu’il s’agit de l’intégrité territoriale. «Le peuple marocain effectue aujourd’hui une nouvelle Marche Verte avec des effectifs beaucoup plus importants et surtout avec des générations nouvelles. Il y a donc une continuité à travers cette marche du 13.03.2016 à Rabat. Marche qui n’est pas passée inaperçue auprès du SG de l’ONU, ni auprès de tous les peuples épris de paix et de modernité, sauf un seul pays pourtant voisin et frère dans la langue, la religion, les us et coutumes. Le pays en question s’appelle l’Algérie qui est resté à ce jour sourd-muet au message de trois millions de Marocains qui sont descendus dans la rue et n’ont pas hésité à venir de très loin dans certains cas dans un élan de patriotisme qui n’a égal que celui qui avait accompagné les préparatifs de la Marche Verte en 1975.
Si la presse Algérienne dans son ensemble est restée sourde-muette sur ce consensus national qui unifie l’ensemble des Marocains autour de leur intégrité territoriale, elle a en revanche commenté abondamment les propos tenus par le secrétaire général de l’ONU suite à sa visite effectuée début mars dans le camp de la honte de Tindouf et chez le paranoïaque Ssi Abdelaziz Bouteflika et ses « 40 Voleurs-Généraux-Majors ».
Pour ceux qui connaissent bien l’Algérie, ce pays avait toujours un tempérament belliqueux, qui nous a toujours valu beaucoup de problèmes dans le passé et aujourd’hui avec l’affaire du Sahara Marocain. L’ensemble de nos concitoyens savent aussi que : les algériens ne savent pas faire la paix, ignorent la culture du bon voisinage, de la cohabitation intelligente et de la solidarité continentale pour s’ériger comme un vrai champion des guerres froides et inutiles.
Ne dit-on pas que la paix c'est la guerre des idées; c'est la confrontation de deux visions antagonistes avec la médiation du génie de la sagesse.
Le Maroc et l’ensemble des Marocains sont maintenant absolument convaincus que les dirigeants Algériens sont identifiés comme des personnes incapables de faire la paix en interne comme en externe et que leurs mensonges sont devenus une marque de fabrique à telle enseigne que L'Algérie se trouve aujourd'hui à un tournant entre réforme radicale ou explosion. Donc, il est temps que l’Algérie s’occupe des ses oignons qui semble-t-il coûtent très chers.
Ahmed Gma (Casablanca – Maroc)

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs