Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’UMT critique l’immobilisme du gouvernement


Benkirane persona non grata chez les syndicalistes



L’UMT critique l’immobilisme du gouvernement
Benkirane ne semble pas avoir la cote auprès des centrales syndicales. Ainsi, et après la FDT et la CDT qui ont vivement critiqué  l’Exécutif, c’est au tour de l’UMT d’ouvrir le feu sur le gouvernement.   La politique antisociale menée par l’équipe Benkirane a été mise à l’index lors du 8ème congrès national ordinaire de l’Union syndicale interbancaire (USIB) organisé hier à Casablanca. En effet,  les atteintes récurrentes aux libertés syndicales, le gel des salaires et l’affectation du pouvoir d’achat ont fait sortir de leurs gonds les syndicalistes.
Le rapport moral présenté aux congressistes a fait le diagnostic d’une situation jugée critique. En effet, le document de l’USIB a enregistré, depuis la nomination du gouvernement  Benkirane, l’augmentation du nombre de fermetures d’usines et de licenciements collectifs des salariés. Une situation qui sera aggravée par la mise en place de programmes et de politiques régressives  destinées à  porter atteinte aux acquis de la classe ouvrière.  Comme c’est le cas pour la réforme fiscale considérée comme un coup porté à la classe moyenne déjà fragilisée par la diminution de son pouvoir d’achat et tel le cas également pour la loi sur la grève  qui a pour objectif de restreindre les libertés syndicales et de priver les salariés de leurs droits les plus élémentaires.    
Le rapport moral de l’USIB est allé plus loin. Il s’est interrogé sur la  capacité du chef du gouvernement d’assumer ses fonctions et de sortir le pays de la crise qu’il traverse. Il s’est étonné  de l’immobilisme et de l’attentisme alors qu’il est élu depuis plus de 16 mois et que des décisions importantes auraient dû être prises depuis longtemps. Et les rédacteurs du rapport de se demander : où sont passées les promesses lancées en grande pompe par le PJD lors de la campagne électorale ? Qu’en est-il de la lutte contre la prévarication et l’économie de rente, l’éradication de la pauvreté, le chômage et l’exclusion sociale, l’augmentation du SMIC et l’amélioration des revenus,  etc ? Toutes ces promesses sont passées à la trappe.  
De son côté,  Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), a indiqué lors de la séance d’ouverture du congrès que  son syndicat ne compte pas rester les bras croisés face à cette politique antisociale du gouvernement. Pour lui, il n’est pas question de laisser passer la réforme des Caisses de retraites sur le dos des salariés. Il en sera de même pour la réforme de la Caisse de compensation qui menace de déliter la solidarité sociale et la stabilité même du pays.  
Des propos que partage Mohamed Hytoum, représentant des unions nationales et régionales de l’UMT. Il estime qu’il n’est plus question de parler d’une lutte syndicale nationale dans un monde de plus en plus mondialisé. Selon lui, la lutte dépasse aujourd’hui les frontières nationales puisque les revendications salariales sont partagées à l’échelle internationale.  

Hassan Bentaleb
Lundi 1 Avril 2013

Lu 314 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs