Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'UE critique la Turquie sur l'Etat de droit et la liberté d'expression

Le président turc appelle à rédiger une nouvelle Constitution




L'Union européenne a dénoncé mardi une "tendance négative" pour l'Etat de droit en Turquie et de "graves reculs" sur la liberté d'expression, dans son rapport annuel sur les progrès de ce pays vers une adhésion à l'UE.
Ce rapport "souligne la tendance générale négative pour le respect de l'état de droit et des droits fondamentaux", indique la Commission européenne dans un communiqué, au moment où l'UE est en pleine négociation avec Ankara pour améliorer la coopération sur la crise migratoire, a indiqué l’AFP.
 "Après plusieurs années de progrès sur la liberté d'expression, de graves reculs ont été observés sur les deux dernières années", déplore l'exécutif bruxellois, qui salue par ailleurs l'effort que représente l'accueil de deux millions de réfugiés syriens et irakiens en Turquie.
 "Le nouveau gouvernement formé après l'élection anticipée du 1er novembre devra répondre à ces priorités urgentes", estime la Commission, dont le rapport devait initialement être publié dans la première quinzaine du mois d'octobre.
 La publication a été repoussée après les élections remportées par le parti islamo-conservateur du président Recep Tayyip Erdogan, qui a retrouvé une majorité absolue au Parlement.
 Bruxelles s'efforce de convaincre les autorités turques de faire davantage pour endiguer les flux de migrants qui quittent tous les jours les côtes de Turquie pour gagner, via les îles grecques en mer Egée, le continent européen.
Par ailleurs, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé mardi à la mise en œuvre de réformes et à la rédaction d'une nouvelle Constitution pendant les quatre prochaines années où son parti, l'AKP, sera au pouvoir, a souligné Reuters.
Le Parti de la justice et du développement (AKP) a retrouvé lors des élections législatives anticipées du 1er novembre la majorité absolue qu'il avait perdue au Parlement au mois de juin.
 "Les élections du 1er novembre ont inauguré quatre années de stabilité et de confiance. Faisons de cette période un moment de réformes, donnons la priorité à une nouvelle Constitution", a déclaré le président Erdogan lors d'une cérémonie à la mémoire du père fondateur de la république de Turquie, Mustafa Kemal Atatürk.
 Les préoccupations au sujet du régime turc doivent être mises de côté pour que le pays puisse se concentrer sur l'avenir, a ajouté le chef de l'Etat turc.

Mercredi 11 Novembre 2015

Lu 846 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs