Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’U.E reconduit les sanctions à l’encontre de la Syrie qui se dit prête au dialogue


Des responsables gouvernementaux épinglés pour crimes de guerre



L’U.E reconduit les sanctions à l’encontre de la Syrie qui se dit prête au dialogue
Le pouvoir syrien est disposé à dialoguer avec des organisations de l'opposition armée, a déclaré hier à Damas le ministre de la Réconciliation nationale, Ali Haidar. C'est la première fois que le gouvernement propose des négociations directes aux forces insurgées, qualifiées de longue date de terroristes.
Le médiateur international Lakhdar Brahimi a proposé ce week-end que des pourparlers s'engagent dans des locaux des Nations unies entre "une délégation acceptable" du régime syrien et les insurgés.
Par ailleurs les Etats membres de l'Union européenne ont reconduit hier pour trois mois les sanctions infligées à la Syrie, mais ont accepté d'amender l'embargo sur les armes pour permettre l'envoi de matériel non-offensif et une assistance technique pour la protection des civils.
Cette décision, prise lors d'un conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE, est le fruit d'un compromis entre la Grande-Bretagne, qui militait depuis des semaines pour un assouplissement de l'embargo en faveur des rebelles, et d'autres Etats membres hostiles à des livraisons d'armes.
Dans ce contexte la Russie a envoyé de l’aide alimentaire dans deux avions militaires qui devraient permettre au retour d'évacuer des Russes voulant quitter ce pays en proie à une guerre civile.
Pour sa part une commission d'enquête de l’ONU a identifié quelques tortionnaires de guerre à travers des personnalités exerçant des "fonctions dirigeantes" en Syrie et susceptibles d'être poursuivies pour crimes de guerre. Le rapport  fait porter l'essentiel des responsabilités sur les partisans de Bachar al Assad.
Ce document, qui couvre la période de six mois allant jusqu'à la mi-janvier, s'appuie sur 445 entretiens avec des victimes et des témoins interrogés à l'étranger. Les enquêteurs n'ont pas été autorisés à opérer en Syrie.
La commission dirigée par le diplomate brésilien Paulo Pinheiro invite le Conseil de sécurité des Nations unies "à agir d'urgence" pour faire en sorte que les crimes ne restent pas impunis, par exemple en saisissant la Cour pénale internationale (CPI).
Les enquêteurs de l'Onu, qui parlent d'éléments probants rassemblés à l'aide de photos satellites, font état de raids aériens et de tirs d'artillerie à Alep, Damas, Deraa, Homs et Idlib.
La commission dénonce en outre le recours aux bombes à sous-munitions de la part de l'armée, mais dit n'avoir rien décelé concernant l'usage d'armes chimiques.

Reuters
Mercredi 20 Février 2013

Lu 190 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs