Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“L'Orchestre des aveugles” projeté au Chili




Une occasion pour faire connaître davantage la richesse de la culture marocaine

Le film marocain "L'Orchestre des aveugles" a été projeté, samedi au Palais Rioja à Viña del Mar, lors de la 50ème édition du Festival international du cinéma de la ville à l'initiative du Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations de Coquimbo et l’ambassade du Maroc à Santiago du Chili. Cette projection, qui a réuni un public nombreux venu découvrir cette œuvre cinématographique marocaine sous-titrée en espagnol, a été rehaussée par le cadre prestigieux du Palais Rioja, un haut lieu de la culture de la cité jardin de Viña del Mar, perle du pacifique au Chili.
A la fin de cette projection, l’ambassadrice du Maroc au Chili, Mme Kenza Elghali, a indiqué dans une déclaration à la MAP que le Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations de Coquimbo et l’ambassade du Maroc à Santiago participent à cette 50ème édition du prestigieux Festival international du cinéma de Viña del Mar avec la projection du film "L'Orchestre des aveugles" du réalisateur Mohamed Mouftakir, une œuvre cinématographique qui a rapproché le public chilien de la culture marocaine et de la société des années 1970. 
Selon la diplomate marocaine, et de l’avis de plusieurs spectateurs chiliens présents lors de cette projection, les événements relatés dans ce film ressemblent à ceux qu’avait connu le Chili lors de la même époque, notamment la participation des jeunes à la vie politique, la situation de la femme et l’évolution de la conscience collective au sein des sociétés. Cette projection constitue, de l’avis de Mme Elghali, une occasion pour faire connaître davantage la richesse de la culture marocaine au Chili.
Désormais, le Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations sera le porte-drapeau de la culture marocaine au Chili et en Amérique latine, a souligné Mme Elghali, affirmant que la production littéraire, artistique, musicale et calligraphique marocaine sera le maître-mot des activités que le Centre organisera prochainement. 
Et d’ajouter que depuis la signature en août dernier d’un accord bilatéral entre le Royaume du Maroc et la République du Chili, le Centre Mohammed VI pour le dialogue des civilisations, rebaptisé Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations bénéficie désormais d'un nouveau statut, le premier jamais octroyé à un centre en Amérique latine, instituant le rôle précurseur de ce haut lieu de la culture marocaine dans le pays latino-américain. Grâce à cet accord bilatéral, le Centre qui fait désormais partie intégrante de l’ambassade du Maroc au Chili, dispose d’un cadre, d'un rôle et d’objectifs définis.
 En l’absence d’un statut officiel, le Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations avait connu des blocages pendant plus de 14 ans qui ont été résolus grâce notamment aux efforts du ministères des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et du ministère des Habous et des Affaires islamiques concrétisés par la signature de cet accord bilatéral avec la République du Chili et la municipalité de la ville de Coquimbo, ce qui permettra désormais à ce haut lieu de la culture marocaine dans le pays latino-américain de représenter le Royaume sur la scène culturelle, artistique et sportive chilienne et en Amérique latine, a fait savoir la diplomate marocaine.
Le Centre culturel Mohammed VI pour le dialogue des civilisations œuvrera également pour la conclusion de partenariats avec des universités chiliennes et latino-américaines ainsi qu’avec des institutions partageant les mêmes objectifs en Amérique centrale, a relevé Mme Elghali, indiquant que le centre fera connaître la culture chilienne et latino-américaine au Maroc en instituant des liens et des passerelles entre les intellectuels des deux rives de l’Atlantique. 
"L'Orchestre des aveugles" de Mohamed Mouftakir (2015) relate les aventures de Houcine Bidra, au Maroc des années 1970 et de son orchestre populaire qui se produit avec ses danseuses, les Chikhates, lors de mariages et autres célébrations et qui anime des fêtes de femmes dans des milieux conservateurs en se faisant passer pour des musiciens aveugles.
Ce long métrage qui met à l’affiche Younes Migri, Fahd Benchemsi, le défunt Mohamed Bastaoui, Mohamed Choubi et Mouna Fettou avait reçu plusieurs distinctions. Nommé dans trois catégories de l'édition 2014 du Festival international du film de Marrakech, il a remporté trois prix au Festival international du film de Bruxelles en 2015, le Tanit d’or des Journées cinématographiques de Carthage et le Grand prix "Wihr d'Or" (Lion d'or) à la 8ème édition du Festival international d'Oran du film arabe (FIOFA). 
 

Libé
Mardi 12 Septembre 2017

Lu 618 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs