Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Onu évoque un risque de génocide en Centrafrique

Le conflit interreligieux se poursuit




L'Onu évoque un risque de génocide en Centrafrique
Au moins 6.000 enfants ont été enrôlés par des groupes armés en République centrafricaine (RCA) et sont contraints de commettre des atrocités dans un conflit interreligieux entre ex-rebelles de la Séléka, en majorité musulmans, et milices chrétiennes qui menacent de se transformer en génocide.
Plus d'un million de personnes ont fui depuis que les hommes de la Séléka ont pris le pouvoir en mars 2013 et renversé le président François Bozizé lors d'un coup d'Etat.
Des groupes d'auto-défense chrétiens, baptisés "anti-balaka", se sont constitués et ont mené des représailles contre les rebelles musulmans, faisant plusieurs milliers de morts, selon un décompte des Nations unies.
Adam Dieng, conseiller spécial de l'Onu sur la prévention des génocides, a admis avoir été choqué par la violence de la haine entre chrétiens et musulmans. Les milices anti-balaka, a-t-il dit, sont de mieux en mieux organisées et ont intégré certains anciens soldats partisans de François Bozizé.
Selon des résidents de Bangui, interrogés lors de ce voyage, les anti-bakala et les milices chrétiennes se sont déployés dans l'ensemble des 16 provinces du pays afin d'organiser une mobilisation contre les musulmans.
L'envoi de 1.600 soldats français et de 5.000 casques bleus de l'Union africaine n'a pas réussi à faire cesser les violences. L'Union européenne a décidé de dépêcher 500 militaires supplémentaires. Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, doit s'exprimer devant le Conseil de sécurité à propos de la situation en RCA le mois prochain sur l'éventualité de transformer la mission africaine en une opération onusienne dans les six prochains mois. Des diplomates occidentaux et des responsables de l'Onu ont précisé que l'UA souhaitait se voir accorder un délai d'un an pour maîtriser la situation sur le terrain, une tâche dont ils doutent qu'elle soit capable.
De nouveaux affrontements interreligieux ont fait sept morts à Bangui mercredi, a rapporté Human Rights Watch (HRW).
La Croix-Rouge a pour sa part annoncé la découverte cette semaine dans la capitale centrafricaine de onze corps, la plupart carbonisés, victimes des affrontements entre les ex-Séléka et les "anti-balaka".
De source militaire française, on dit par ailleurs que des soldats de la mission "Sangaris" ont été engagés dans des affrontements à Bangui dans la nuit de mardi à mercredi, après avoir été attaqués par des hommes non identifiés.

Vendredi 24 Janvier 2014

Lu 102 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs