Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’Occident sceptique sur l'inventaire chimique syrien

On peine à trouver une date pour Genève-2




L’Occident sceptique sur l'inventaire chimique syrien
Les Etats-Unis continuent de vérifier l'exactitude de l'inventaire des armes chimiques transmis par la Syrie à la communauté internationale ainsi que son programme de destruction de cet arsenal, a expliqué mardi l'ambassadrice américaine à l'ONU.  Celle-ci a aussi fait part de son "scepticisme" quant aux déclarations de Damas.
"Il reste encore du travail pour s'assurer que la liste des sites officiels transmise par le gouvernement syrien est exhaustive et que le processus est en bonne voie, en particulier la phase de destruction, qui semble très compliquée", a déclaré Samantha Power après une réunion du Conseil de sécurité consacrée aux armes chimiques syriennes.
La Syrie a transmis à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) un document de 700 pages dans lequel le gouvernement de Bachar al-Assad s'engage à la destruction intégrale du stock de 1.000 tonnes d'agents chimiques et de 290 tonnes d'armes chimiques du pays. Les experts américains continuent d'étudier ce document "extrêmement technique", a ajouté la diplomate.
Fin octobre, toutes les armes chimiques syriennes ont été placées sous scellés et les sites de production ont été déclarés inutilisables par l'OIAC.
Les Etats-Unis ont applaudi la mise sous scellés, estimant que l'arsenal chimique serait détruit dans les délais prévus, d'ici à la fin juin 2014. L'ambassadrice américaine a répété que Bachar al-Assad n'était pas légitime pour diriger la Syrie malgré sa promesse de détruire toutes les armes chimiques.
Un responsable d'un pays occidental a quant à lui estimé que des "doutes" existaient quant au fait de savoir si Damas avait bien déclaré la totalité de ses armes chimiques. "Mais nous allons laisser l'OIAC faire son travail", a-t-il dit.
Par ailleurs, les discussions mardi à Genève entre l'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi et représentants russes et américains ont à nouveau échoué à fixer une date pour une conférence Genève-2 afin de trouver une issue politique au conflit syrien.
M. Brahimi a évité d'énumérer les points de divergences qui n'ont pas permis un accord mais a souligné que "l'opposition syrienne est divisée et n'est pas prête".
"L'opposition est l'un des problèmes", a-t-il déclaré. "Il doit y avoir deux délégations pour la Syrie à Genève-2, le gouvernement et l'opposition", a répété le vétéran de la diplomatie algérienne et onusienne.
Il a exprimé "l'espoir" qu'une date puisse être fixée "pour avant la fin de l'année" et a annoncé une nouvelle réunion tripartite à Genève le 25 novembre. "Un travail intensif a été accompli et nous espérons la conférence d'ici à la fin de l'année", a-t-il dit.
Il a souligné avoir demandé à l'opposition syrienne "de venir avec une délégation crédible". "Les différentes composantes de l'opposition syrienne sont en contact les unes avec les autres, c'est une des choses qu'ils doivent décider", a-t-il dit.

AFP
Jeudi 7 Novembre 2013

Lu 349 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs