Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ONU tente le pari de réunir les parties en conflit en Libye

La stabilisation du pouvoir condition essentielle à la lutte contre le jihadisme et l’islamisme




L'ONU tente le pari de réunir les parties en conflit en Libye
Des parties en conflit en Libye devaient se rencontrer hier mercredi à Genève sous l'égide de l'ONU pour tenter de trouver une solution à la grave crise politique et aux violences qui menacent de faire basculer le pays dans une guerre ouverte.
"Il s'agit d'une occasion que les Libyens ne peuvent pas se permettre de manquer", a déclaré mardi la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.
L'objectif de cette réunion est de tenter de sortir la Libye du chaos dans lequel elle s'est enfoncée depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. Le pays est passé sous la coupe de milices d'ex-rebelles qui se disputent les territoires de ce vaste pays désertique et la manne pétrolière.
La situation s'est aggravée ces derniers mois avec deux gouvernements et deux Parlements parallèles, et les deux plus grandes villes du pays, Tripoli et Benghazi (est), sont tombées entièrement ou partiellement aux mains de milices.
Bernardino Leon, le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye et chef de la mission de l'ONU (Misnul), a précisé que "toutes les parties qui sont engagées dans une Libye stable et démocratique à travers des moyens pacifiques" avaient été invitées à Genève.
L'analyste politique Mohamed al Ferjani estime toutefois que ce dialogue risque d'"échouer car l'ONU n'a pas choisi les bons acteurs". "Les participants sont des politiciens et n'ont aucune influence ou présence sur le terrain", a-t-il précisé, en soulignant que ni le général Khalifa Haftar ni "Fajr Libya" n'ont été invités.
"Fajr Libya" est la coalition formée de milices, notamment islamistes, qui contrôle la capitale depuis août. Elle a accusé dans un communiqué l'ONU de vouloir "internationaliser" le conflit.
Le général à la retraite Haftar, personnalité controversée, a lancé ces derniers mois une opération pour reprendre Benghazi aux mains des groupes armés islamistes qui contrôlent la ville.
La Misnul a précisé que les pourparlers étaient basés sur "le respect de la légitimité des institutions de l'Etat et le rejet du terrorisme" en proposant un "gel des opérations militaires pour quelques jours".
La tâche s'annonce cependant particulièrement ardue pour rapprocher les deux gouvernements actuels, celui lié aux miliciens de "Fajr Libya", et l'autre reconnu par la communauté internationale, qui siège à Al-Baïda (1.200 km à l'est de Tripoli). Le pays est également doté de deux Parlements, l'un dans la capitale et l'autre à Tobrouk, à la frontière égyptienne.
La stabilisation du pouvoir est considérée par la communauté internationale comme une étape essentielle pour lutter contre la montée en puissance des groupes islamistes et jihadistes dans le pays.

AFP
Jeudi 15 Janvier 2015

Lu 150 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs