Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ONU recommande de remettre Seif al-Islam Kadhafi à la CPI


Le Premier ministre Sarraj a réchappé à des tirs sur son convoi



L' ONU a appelé les autorités libyennes à remettre le fils de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, condamné à mort pour son rôle dans la répression sanglante de 2011, à la Cour pénale internationale selon un rapport diffusé mardi. "Les autorités libyennes devraient (...) veiller à remettre Seïf al-Islam à la Cour pénale internationale, dans le respect des obligations internationales de la Libye", a recommandé l'ONU dans ce rapport qui épingle la justice libyenne. En 2011, la CPI avait lancé à son encontre un mandat d'arrêt pour crimes contre l'humanité. Elle l'accuse d'avoir joué un "rôleclé dans la mise en œuvre d'un plan" conçu par son père visant à "réprimer par tous les moyens" le soulèvement populaire. Depuis, les autorités libyennes et la CPI se disputent le droit de le juger. Détenu par les milices contrô- lant la ville de Zenten, il a été condamné à mort en juillet 2015 à l'issue d'un procès dénoncé par l'ONU et des ONG de défense des droits de l'Homme. Selon le rapport de la Mission d'appui de l'ONU en Libye (MANUL) et du Haut-commissariat aux droits de l'Homme (HCDH) le procès en Libye de Seif al-Islam et de 36 autres dignitaires du régime du colonel Mouammar Kadhafi "n'a pas respecté les normes internationales en matière de procès équitable". Le rapport "reconnaît la difficulté de traduire en justice d'anciens membres du régime (...) dans un contexte de conflit armé et de polarisation politique". Il souligne toutefois "les graves violations des garanties d'une procédure régulière, y compris de longues périodes de détention au secret pour les défendeurs", ainsi que les allégations de torture qui n'ont fait l'objet d'aucune enquête appropriée. Il recommande aux autorités libyennes de veiller à ce que les lieux de détention des accusés soient "sous le contrôle effectif de l'Etat" et que les allégations de torture fassent l'objet d'enquêtes approfondies immédiates. Le rapport appelle à "une révision du Code pénal et du Code de procédure pénale afin de garantir une définition claire de tous les crimes, (...) et l'adoption d'un moratoire sur la peine capitale". Depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi qui dirigea la Libye d'une main de fer pendant 42 ans, le pays est déchiré par les rivalités entre ses milices mais aussi entre ses dizaines de tribus, composantes essentielles de la société. Deux autorités politiques se disputent le pouvoir en Libye; le GNA basé à Tripoli, et une autorité rivale qui contrôle une grande partie de l'Est libyen et s'appuie sur le Parlement élu installé à Tobrouk. Par ailleurs, le chef du gouvernement d'union nationale libyen (GNA) Fayez al-Sarraj a réchappé lundi à des tirs sur son convoi à Tripoli, ont indiqué les porte-parole du GNA et du Conseil d'Etat libyen. "Le convoi du chef du GNA Fayez al-Sarraj et du président du Conseil d'Etat Abderrahmane elSwehli a essuyé des tirs lors de son passage près du secteur d'Abou Slim à Tripoli. Toutes les voitures du convoi étaient blindées. Il n'y a pas eu de blessés", a affirmé à l'AFP le porte-parole du GNA Achraf al-Thulthi faisant état de l'ouverture d'une enquête. De son côté, le porte-parole du Conseil d'Etat, Mohamed Salem, a précisé que le convoi qui roulait sur une autoroute avait fait l'objet de "tirs nourris" de la part de groupes armés se trouvant dans un bâtiment situé à proximité du siège du Conseil d'Etat. Deux gardes ont été blessés selon M. Salem. "Le convoi a fait l'objet de tirs de la part d'un groupe hors-la-loi", a précisé en fin de journée un communiqué de M. Sarraj, paru sur la page Facebook du GNA.

Libé
Mardi 21 Février 2017

Lu 432 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs