Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ONU élargit l'enquête sur les abus sexuels commis en Centrafrique

Sangaris partie, les Nations unies font face au défi sécuritaire




L'ONU élargit l'enquête sur les abus sexuels commis en Centrafrique
De nouvelles allégations "extrêmement troublantes" de violences sexuelles exercées par des soldats français de la force Sangaris et de l'ONU en Centrafrique sont parvenues aux Nations unies, a indiqué mercredi l'ONU.
 Les autorités françaises ont été informées qu'une équipe des Nations unies avait reçu des rapports faisant état de soldats français de Sangaris qui auraient forcé des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux en échange d'une somme d'argent, a indiqué à l'AFP un responsable de l'ONU.
 "Nous avons reçu des rapports sur des cas de bestialité impliquant des soldats français, mais à ce stade nous n'avons pas de confirmation", a-t-il ajouté.
 "Le nombre exact et la nature de ces allégations extrêmement troublantes restent à déterminer", a de son côté indiqué un communiqué de l'ONU.
 Des soldats des contingents du Burundi et du Gabon servant dans la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) ont été confinés dans leurs casernements durant les enquêtes ouvertes sur les faits les concernant, ajoute le communiqué sans préciser ces faits.
Les violences sexuelles présumées auraient eu lieu entre 2013 et 2015 dans la préfecture de Kemo, au nord-est de Bangui. Une équipe de l'ONU a été envoyée sur place pour des entretiens avec les victimes et pour recueillir des informations.
 Selon un rapport de l'ONG AIDS-Free World, trois jeunes filles ont affirmé à un officier des Nations unies qu'en 2014 elles avaient été déshabillées et attachées par un militaire de Sangaris à l'intérieur d'un camp et auraient été forcées d'avoir des relations sexuelles avec un chien. Chacune a ensuite reçu de l'argent, selon l'ONG.
 Lundi, les Nations unies ont rapporté deux nouveaux cas d'abus sexuels, dont un sur une jeune fille de 14 ans, par des soldats marocains et burundais de la Minusca.
 Plus de 25 cas d'abus ou d'exploitation sexuels ont été rapportés par l'ONU depuis le début de l'année.
 Le Conseil de sécurité de l'ONU devait entendre jeudi à huis clos un rapport sur les dernières allégations de violences sexuelles.
 Le Conseil a adopté le 11 mars une résolution, proposée par les Etats-Unis, qui prévoit de rapatrier des contingents entiers de Casques bleus en cas de soupçon d'abus sexuels ou d'exploitation sexuelle.
La France va mettre fin en 2016 à son opération militaire en Centrafrique Sangaris, passant le relais à l'ONU, appuyée par l'UE, pour le désarmement des milices et la formation des forces armées, deux conditions clés du retour à la stabilité d'un pays meurtri par trois ans de conflit.
La France, qui a mobilisé jusqu'à 2.500 soldats au plus fort des violences, compte encore 900 hommes en Centrafrique. La mission onusienne (Minusca) s'est déployée dans l'intervalle, avec 10.000 soldats et 2.000 policiers. Cette force, longtemps épaulée par l'armée française, est progressivement devenue le pilier sécuritaire du pays.

Vendredi 1 Avril 2016

Lu 559 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs