Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’OMDH s’insurge contre les dépassements de Khadija Ryadi




Khadija Ryadi, dirigeante de l’AMDH, vient de soumettre un rapport parallèle au CDH de l’ONU, au nom de la Coordination des organisations maghrébines des droits de l’Homme. L’OMDH, la CDT et le Mouvement Anfass, tous membres de cette coordination, se disent non concernés. Ils accusent cette responsable de manque d’éthique et d’approche participative.  
 L’OMDH ne compte plus se taire sur les dépassements qui ont lieu, de manière systématique, au sein de la Coordination maghrébine des organisations des droits de l’Homme. La décision de suspendre son action au sein de cette Coordination dont elle est pourtant cofondatrice, vient d’exprimer un ras-le-bol de ses  gesticulations qui n’ont rien à voir avec les objectifs ni avec la démarche participative requise. Comment ainsi admettre les dysfonctionnements ayant marqué  l’élaboration du 6ème rapport parallèle relatif au pacte international des droits civiques et politiques ?  
La colère au sein de l’OMDH s’explique par le fait que Khadija Ryadi, responsable au sein de cette coordination, « mêle ses états d’âme aux procédures requises pour un travail collectif entre des organisations qui ont des appareils et des visions nuancées… », a souligné un membre dirigeant de l’OMDH. Et d’ajouter que l’on ne peut aujourd’hui admettre qu’une responsable distille les positions de son ONG dans un rapport qu’elle qualifie, par la suite, comme étant représentatif de toutes les ONG marocaines. « Comment ose-t-on mettre les signatures d’ONG indépendantes et soumettre en leur nom un rapport dont elles ne partagent pas le contenu? », s’interroge la même source. Il s’agit certes «d’une énième manière d’imposer ses positions politiques sous couvert  des droits humains».
Pour condamner officiellement cette position, l’OMDH a entrepris la procédure de retrait de sa signature de ce rapport, auprès du Conseil des droits de l’Homme à Genève, en  l’absence de cadre de concertation et de démarche de validation antérieure. Nombre d’ONG ont adopté la même attitude, dont la Confédération démocratique du travail (CDT) et le Mouvement Anfass qui compte beaucoup de jeunes militants du 20 Février.
Et si Ryadi rétorque que l’OMDH a été représentée par une étudiante, lors d’une session de formation, le président de cette organisation n’a pas tardé à réagir : «Nous avons des appareils et nous ne pouvons être représentés par une étudiante stagiaire lors d’une rencontre aussi importante ». Et puis, dire qu’une étudiante stagiaire a représenté l’OMDH dans ce genre de manifestation est un scandale et une preuve d’un manque de sérieux et d’éthique de certains dépositaires de la pensée unique.
 Nouri Zyad

 

Samedi 12 Mars 2016

Lu 948 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs